Article

La Plénitude: Livre des Colossiens

David Porter Le diable est un être tellement jaloux qu'il ne supportait pas que Jésus-Christ soit loué et reconnu pour qui Il était en vérité, comme cela se passait à Colosses à ce moment-là. Alors, quelques années après la fondation de cette église, des doctrines se sont introduites. En somme, elles disaient: “Oui, c'est bien que vous croyiez en Jésus, mais ce n'est pas assez. Il faut aller plus loin avec Dieu. Il faut trouver la “plénitude” de Dieu. Voilà l'essence de toute fausse doctrine : “Jésus n'est pas assez.” Il est important, mais pas assez. Si vous m'écoutez, je vous montrerai le chemin. Bla, bla, bla... Il y avait alors des questions de côtelettes de porc, des visions d'anges, et des jours de fête. C'est très profond, n'est-ce pas ? Dans cette épître Paul nous donne une image puissante de Jesus-Christ--Qui Il est et ce qu'Il fait en nous!

Introduction

J’ai grandi dans un petit village au bout de la route. Derrière nous, commençait la forêt qui nous entourait de tous les côtés. À l’époque où le village marchait bien, il y avait environ 500 habitants.

Une scierie offrait du travail.

Quand j’étais jeune, il n’y avait plus qu’environ 100 habitants, et la scierie ne fonctionnait presque plus. Deux ou trois personnes avaient un peu d’argent, parce qu’elles possédaient des terres, des vaches, etc. Mais la plupart des familles se débrouillaient tant bien que mal pour vivre. Il y avait bien sûr des régions plus riches dans le pays, mais c’est fou comme on est lié par un village.

Pour beaucoup, là où marchaient nos ancêtres, c’est la terre sainte, et ils ne l’abandonneront ni pour l’argent, ni pour l’amour. Mon père habitait ce coin la plupart de sa vie. Son village est sans importance pour ceux qui n’y habitent pas. Paraloma, Arkansas USA, 65 habitants : en avez vous déjà entendu parler ? Il y en a des millions de semblables dans le monde entier.

Mais de temps en temps, d’une petite ville sortent des choses extraordinaires. Il y avait, à l’époque de Paul, une ville qui avait perdu de son importance. Le nom de cette ville est pourtant bien connu de tous ceux qui aiment la Parole de Dieu… Colosses.

Bien sûr, elle était beaucoup plus grande que Paraloma, mais elle représentait peu de chose dans le monde d’alors. Pourtant, si vous aviez été enfant à Colosses, la vie aurait été belle sans doute .

Colosses

Située à 250 kilomètres à l’est de la “super ville” d’Ephèse, en Asie mineure, elle s’est développée sur les deux rives de la rivière Lycus. Quelque 20 kilomètres plus loin, dans la même vallée, se trouvaient deux villes plus importantes, Hiérapolis et Laodicée. Alors, si vous vouliez de la vie mouvementée, il fallait sans doute aller à Laodicée.

Voilà une ville d’importance ! Les politiciens y étaient, aussi bien que les gens qui faisaient tourner l’économie : Les grosses têtes”. Colosses ? Bon, il y avait bien sûr un bon commerce de teinture. Et si vous cherchiez des divertissements, il y avait assez souvent des tremblements de terre dans le coin.

L’eau de la rivière était imprégnée de craie, et parfois, la nature sculptait de mémorables chefs-d’oeuvre, tout en blanc dans le paysage. Si vous aviez déjà vu Rome ou Ephèse, vous aviez vu des merveilles encore plus stupéfiantes.

Pourtant, si vous étiez de Colosses, ces vues se sculptaient dans votre âme. Cependant, en l’an 55, quelque chose bouleversa la tranquillité de plusieurs résidents de Colosses, de Laodicée, et de Hiérapolis. Un réveil a éclaté sur toute la vallée, comme un raz-de-marée puissant à partir d’Ephèse.

Le Saint-Esprit a tellement appuyé la prédication concernant le Seigneur Jésus par l’apôtre Paul et d’autres, que toute la province a été secouée. Colosses avait connu des tremblements de terre, mais voilà une secousse qui était tout autre.

Il paraît qu’Epaphras, un Colossien lui-même, est revenu d’Ephèse prêchant cet évangile. En plus, le riche Philémon a été touché par ce puissant message et, lors de son retour, il a permis, ou peut-être lui-même a établi une assemblée chrétienne dans sa maison .

Délivrés par Jésus

Des gens, qui étaient esclaves de l’inconduite, de la cupidité, de la colère, etc.… , ont été délivrés des ténèbres, et sont passés dans le royaume de lumière où Jésus Christ, le Fils de Dieu, est Roi. Imaginez leur joie !

Le diable est un être tellement jaloux qu’il ne supportait pas que Jésus-Christ soit loué et reconnu pour qui Il était en vérité, comme cela se passait à Colosses à ce moment-là. Alors, quelques années après la fondation de cette église, des doctrines se sont introduites.

En somme, elles disaient: “Oui, c’est bien que vous croyiez en Jésus, mais ce n’est pas assez. Il faut aller plus loin avec Dieu. Il faut trouver la “plénitude” de Dieu. Voilà l’essence de toute fausse doctrine : “Jésus n’est pas assez.” Il est important, mais pas assez. Si vous m’écoutez, je vous montrerai le chemin. Bla, bla, bla… Il y avait alors des questions de côtelettes de porc, des visions d’anges, et des jours de fête. C’est très profond, n’est-ce pas ?

Paul n’avait jamais rencontré ces croyants, mais évidemment, Epaphras est venu avec un rapport, et l’a mis au courant de la situation. Ou Onésime, l’esclave échappé de Colosses, avait peut-être  assisté aux réunions avant sa conversion, peut-être aussi avait-il appris de son maître, Philémon, ce qui se passait. (Voyez l’épître à Philémon).

Quand Onésime a trouvé Paul en prison, probablement à Rome, il s’est converti. Il aurait pu le mettre au courant de la situation. De toute façon, Paul leur a écrit, et nous avons dans cette épître ce qui est peut-être la vision la plus claire dans toute la Bible de la divinité de Jésus-Christ.

Paul a envoyé cette lettre, une lettre aussi à leur église soeur de Laodicée, et une lettre destinée à son ami Philémon, expliquant la situation de l’esclave nouveau-né en Christ, Onésime.

Le fidèle Tychique est parti avec Onésime, portant ces trésors.

Nous allons nous glisser sur une chaise confortable d’une maison de Colosses, écouter et considérer ce que le Saint-Esprit leur disait et nous dit de “la plénitude de Dieu.”

AVANT PROPOS

Ce livret n’est pas le travail d’un théologien érudit. J’ai consulté les oeuvres de ces frères, et j’apprécie beaucoup leur travail. Mais ceci est plutôt le coeur du pasteur qui aime beaucoup l’église. Le but est d’aider le chrétien dans son culte personnel par des commentaires pas trop techniques.

Je cherche surtout à être très pratique en ce qui concerne la vie quotidienne et la foi personnelle. Je vous propose trois formules pour étudier ce livre. Vous pouvez le lire comme un livre. Encore mieux, vous pouvez le lire avec l’Epître aux Colossiens devant vous. Chaque fois, vous lisez les versets en question avec le commentaire.

La meilleure méthode est de lire l’épître, et d’y réfléchir vous-même. Puis, lisez ce livre. C’est en fonction du temps qui vous est disponible. Que Dieu vous bénisse dans votre aventure chez les Colossiens.

 

Prochaine leçon ⟶