Comment être rempli du Saint Esprit

Doyle Jones

La vie remplie de l’Esprit n’est pas pour tout le monde, mais, seulement pour les croyants.

Deux ivrognes assis dans un bistrot se livraient à leur occupation favorite. Entre deux verres, l’un dit à l’autre : « Qu’est ce que tu penses du parler en langues ? ». Celui-ci répondit : « C’est une affaire du diable ». Alors le premier répliqua rapidement : « Non, ce n’est pas vrai, sans ça nous l’aurions. ».

Il marquait le point. Les incroyants n’ont que faire du baptême du Saint-Esprit. En fait Paul dit : « l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit, pour lui, elles sont folie, il ne peut les connaître car c’est par l’Esprit qu’on les discerne » (1Corinthiens 2 :14).

Les deux conditions requises pour le recevoir

Etre rempli du Saint-Esprit n’est pas difficile si on répond à deux conditions préalables. Etre sauvé et avoir spirituellement soif. Le premier pas, c’est bien sûr la conversion.

La conversion et le baptême du Saint-Esprit

Ceci amène à la question : « Tous ceux qui se convertissent reçoivent-ils le Saint-Esprit ? » Oui mais pas le baptême dans le Saint-Esprit. Beaucoup d’écrits confirment que personne ne peut être sauvé sans l’action du Saint-Esprit. Paul dit : « Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ il ne lui appartient pas » (Rom 8 :9). Le Saint-Esprit donne la vie spirituelle aux chrétiens (Rom 8 :10-11) « Dieu a envoyé en nos cœurs l’Esprit de son fils qui crie ‘Abba Père’ » (Galates 4:6).

Le mot araméen « Père » insiste sur le mot Père car il démontre que l’Esprit affirme notre nouvelle position dans la famille de Dieu.

Un autre passage des Ecritures souligne la participation du Saint-Esprit dans la conversion « Car nous avons tous été baptisés d’un seul et même Esprit pour ne former qu’un seul corps. » (I Corinthiens 12 :13) ; « Oui vous tous qui avez été baptisés pour être à Christ, vous êtes revêtus de Christ » (Galates 3 :27) et « l’Esprit lui même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Romain 8 :16).

Mais, recevoir le 3ème membre de la divinité, le Saint Esprit à notre conversion n’est pas la même chose que d’être baptisé dans le Saint- Esprit.

Pierre dit : « Repentez-vous et soyez tous baptisés au nom de Jésus-Christ pour la rémission des péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2 :38). Dans le message de Pierre, c’est d’abord la repentance et ensuite le baptême dans l’Esprit qu’on appelle aussi « le don » du Saint Esprit (pas « les dons »).

Paul et les Ephésiens

Paul dit aux Ephésiens (Actes 19 :2) : « Avez vous reçu le Saint-Esprit quand vous avez cru ? » Cela semble indiquer que recevoir le Saint-Esprit accompagne la conversion. Mais Stanley Horton, professeur connu, répond à ceux qui essayent de limiter la langue grecque dans ce passage en disant:

« L’impression donnée dans tout le chapitre de Actes 19 : 2 ; est que pour ces gens se disant croyants, le baptême du Saint-Esprit aurait dû être l’étape suivante et pas forcément séparée par un grand intervalle de temps. »

Une image pour illustrer la différence entre le salut et le baptême du Saint-Esprit est celle de boire un verre d’eau ou d’être immergé dans cette eau. La même matière est utilisée mais l’expérience est différente.

La soif spirituelle et le baptême du Saint-Esprit

Remarquons maintenant la deuxième condition indispensable pour être rempli du Saint-Esprit : la faim spirituelle. Jésus dit : « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice car ils seront rassasiés » (Matthieu 5 :6).

Le Seigneur rassasie les affamés. Il ne vérifie pas les étiquettes des dénominations pour savoir à quelle église nous appartenons. Si une personne est née de nouveau et a une faim spirituelle authentique, elle est prête pour être remplie de l’Esprit.

Je me souviens du jour où le Seigneur m’a rempli du Saint-Esprit. J’avais soif de cette expérience après ma conversion parce que les autres m’avaient dit combien c’était merveilleux.

J’étais un tout nouveau converti. J’avais 11 ans et j’étais très ému quand j’ai accepté le Seigneur Jésus. Parmi mes 3 frères et mes deux sœurs, aucun ne servait réellement le Seigneur. Notre mère, qui était veuve, croyait en Dieu et nous emmenait parfois dans une Eglise pentecôtiste.

Le service dans cette Eglise différait totalement de celui de l’Eglise où j’avais été auparavant et là, j’eus la conviction que je rencontrais réellement Jésus Christ.

Je ressentis que l’expérience de Pentecôte était pour moi et je la voulus. Oh, comme je la désirais ! Je cherchais ce baptême de l’Esprit chaque fois que j’allais à l’église mais ne savais pas du tout comment le recevoir.

Un soir, le pasteur demanda que tous viennent devant. Pendant que je me tenais là louant Dieu, l’Esprit du Seigneur vint sur moi et soudain je commençai à parler en langues.

Sans une soif profonde de tout ce que le Seigneur a pour nous, nous ratons de grandes expériences spirituelles incluant le baptême du Saint-Esprit.

Je me souviens d’une campagne du réveil en Louisiane où je prêchais ; un frère avait cherché sans succès la plénitude du Saint-Esprit. Il avait projeté, lui et sa famille, une partie de pêche, le vendredi où démarrait la campagne de réveil.

A l’heure où la réunion commençait, le vendredi soir, alors que son bateau de pêche attaché à sa voiture était prêt à partir, ce frère dit à sa famille qu’il devait aller au service de réveil. Ils changèrent leurs plans à la dernière minute et vinrent à la réunion.

Cette nuit-là, cet homme qui avait recherché pendant des années le baptême du Saint-Esprit fut rempli de l’Esprit. Qu’est ce qui a fait la différence ? Une soif pour les choses de Dieu par-dessus tout.

Prochaine leçon ⟶