Jour n°7–Le sentiment d’être une victime, obstacle au pardon

Auteur: Paul Calzada

 “Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis” (Luc 23.43). Au moment de la crucifixion, Jésus était entouré de deux autres condamnés à mort. L’un l’injuriait, il en voulait à Dieu et aux hommes, il ne prenait pas conscience de la gravité de ses fautes. Peut-être même, se considérait-il comme victime d’une machine judiciaire brutale et injuste.

L’autre brigand, quant à lui, ne se plaçait pas en victime mais en coupable. Il considérait que cette condamnation était juste car il avait commis des crimes. Or, parce qu’il ne se considérait pas comme une victime mais comme un coupable, Jésus l’a assuré du pardon divin. Se comporter comme une victime, se plaindre à qui veut l’entendre de toutes les injustices que nous avons subies, rendre les autres responsables de nos souffrances, et penser que s’ils s’en rendent compte cela nous apaisera, quelle erreur !

En réalité ce n’est pas ainsi que nous pourrons nous sentir mieux.Aussi longtemps que nous nous plaçons en victime, non seulement nous ne sommes pas apaisés, mais nous nous éloignons de la voie de la restauration. Seule, la demande de pardon, peut guérir nos blessures, et nous faire entrer dans une vision nouvelle des autres.
Lorsque les frères de Joseph, poussés par la famine, vont chercher du blé en Egypte, ils sont à cent lieues de s’imaginer que le prince qui les accueille est Joseph. Si Joseph avait entretenu le sentiment d’être la victime de ses frères, il n’aurait pas pu les pardonner.

Mais il ne s’est pas placé en victime, il leur a même dit que ce qu’ils avaient fait était conduit par Dieu. Il leur a pardonné leurs actes destructeurs. En agissant ainsi, il a scellé sa guérison et la leur.Se placer en victime ne nous guérit pas, ne bénit pas les autres, mais nous détruit et les détruit. Seul, le pardon est libérateur. Qui mieux que Jésus, cloué sur la croix, pouvait se considérer comme une victime ?

Certainement personne ! Sa condamnation est une injustice, les accusations portées contre lui sont mensongères… Il est une véritable victime innocente, cependant, il ne se plaint pas de toute cette injustice, au contraire, il prie pour ses bourreaux, il prie pour la foule déchaînée, il pardonne. Un conseil pour ce jour :En vous comportant comme une victime, vous vous écartez du chemin de la guérison. Le sentiment d’être une victime, rejette la faute de tous vos malheurs sur les autres, et vous empêche de voir vos propres responsabilités. Ne mettez pas un voile sur vos yeux en vous considérant seulement comme une victime ; reconnaissez vos propres erreurs, et ainsi vous ne passerez pas à côté du pardon dont vous avez besoin.

Paul Calzada

La formation “30 jours pour redécouvrir le pardon” est un programme proposé par FaitesDesDisciples.com.

 

 

La suite

Nous serions ravis de répondre à vos questions ou de vous aider dans les prochaines étapes de votre voyage.