La souffrance a-t-elle un sens ?

“Pourquoi te caches-tu au temps de la détresse ?” (Psaumes 10.1). 

À l’heure de la souffrance, qui n’a jamais demandé : Pourquoi ? Nous devons admettre que nous sommes tous comme celui qui a composé ce psaume ! Si l’Écriture nous permet de dire que la souffrance est une conséquence de la chute, elle ne nous permet pas de dégager un sens absolu à la souffrance. Nous savons que la souffrance est une réalité vécue par tous les hommes, à des degrés divers, mais le sens qu’elle peut revêtir ne sera pas le même pour chaque homme. 

Il est possible d’explorer telle ou telle piste qui nous apporte quelques éléments de réponse quant au sens de la souffrance, mais toutes ces pistes (parfois contradictoires), ne peuvent répondre définitivement au sens de la souffrance. 

Sommes-nous prêts à accepter l’inconfort de suivre des chemins parfois opposés ? Permettez-moi une métaphore. Imaginez que vous soyez au centre d’une roue de vélo. De ce centre partent, dans tous les sens, des rayons. Chacun de ces rayons est indispensable au bon fonctionnement de la roue, à son équilibre, à sa solidité. De même, chacune des pistes que nous allons explorer, pour donner un certain sens à la souffrance, même si elles sont opposées, contribuent à nous conduire dans l’équilibre spirituel. 

Ce qui nous permettra d’avoir une foi saine, équilibrée et solide, c’est d’accepter ces apparentes contradictions qui, toutes mises ensemble, constituent le fondement d’une foi solide. Supprimez un rayon à une roue de vélo, elle va se voiler. Ne gardez qu’un seul rayon, et la roue ne tournera pas rond, elle s’écrasera. Vouloir ne donner qu’un sens unique à la souffrance, c’est courir le risque de “rouler” en zigzag, et de finir dans “le fossé”. 

 

 

Quels sens la Bible donne-t-elle à la souffrance ? 

 

 

 

Voici pêle-mêle quelques-uns de ces sens donnés par la Bible, et sur lesquels nous reviendrons : La souffrance punition : (Deutéronome 28.15/68). A l’opposé, nous avons la souffrance valorisée : (2 Corinthiens 4.17). La souffrance école : (Hébreux 5.8). La souffrance, test de la foi : (Jacques 1.2/3). La souffrance des témoins fidèles : (2 Timothée 3.12). La souffrance qui rend fort : (2 Corinthiens 12.7/10) etc. 

Nous verrons que chacune de ces pistes représente un des sens que la Bible donne à la souffrance. Considérons avec humilité que ce qui sera vrai pour l’un ne le sera pas systématiquement pour tous. Il faut surtout se garder des généralisations, des raccourcis, des explications radicales qui seraient applicables à tous, et en toutes circonstances. De telles attitudes ne peuvent qu’ajouter blessures sur blessures à ceux qui déjà passent par la souffrance. 

Ma prière en ce jour : 

Seigneur merci, car tu comprends que je pose des “pourquoi” à l’heure de ma souffrance, ou celle de mes proches ; aide-moi à accepter, avec humilité et foi, de rester en paix, même si je n’ai pas de réponse à mes “pourquoi”. 

Paul Calzada 

www.Lueurs du Matin. 

Retrouvez le livre “L’énigme de la souffrance” de Paul Calzada sur la boutique solidaire eXcaléo 

La suite

Nous serions ravis de répondre à vos questions ou de vous aider dans les prochaines étapes de votre voyage.