L’Agneau dans son coeur

white and gray sheep lamb

Pendant quatre jours précédant la Pâque, les Hébreux devaient garder un agneau chez eux. Le soir venu, le père le mettrait à mort, et marquerait de son sang les poteaux et le linteau de la porte de la maison. Puis, il serait mangé par la famille.

Il ne suffit pas d’avoir Jésus l’Agneau de Dieu dans son coeur, dans sa maison, de le trouver doux et agréable. Notre salut passe par sa mise à mort, “l’application” de son sang sur notre vie et la “consommation” de sa chair.

…Transpercés par des clous.

Le véritable chrétien porte les marques des clous de sa crucifixion “en Jésus”. Ces clous ont transpercé notre chair à l’endroit même de nos faiblesses, de nos douleurs, de nos addictions. Nous continuerons de les porter dans notre être intérieur comme un souvenir de la délivrance que Dieu nous a accordée en Jésus.

…Le pardon de Dieu a un prix élevé, le sang de Jésus. Il ne s’obtient pas à cause de larmes versées ou d’un sentiment de culpabilité, mais par une prise de conscience de notre offense à son égard et un désir profond de changement, la repentance..

Franck Lefillatre

La suite

Nous serions ravis de répondre à vos questions ou de vous aider dans les prochaines étapes de votre voyage.