Article

La Plénitude: Livre des Colossiens

David Porter Le diable est un être tellement jaloux qu'il ne supportait pas que Jésus-Christ soit loué et reconnu pour qui Il était en vérité, comme cela se passait à Colosses à ce moment-là. Alors, quelques années après la fondation de cette église, des doctrines se sont introduites. En somme, elles disaient: “Oui, c'est bien que vous croyiez en Jésus, mais ce n'est pas assez. Il faut aller plus loin avec Dieu. Il faut trouver la “plénitude” de Dieu. Voilà l'essence de toute fausse doctrine : “Jésus n'est pas assez.” Il est important, mais pas assez. Si vous m'écoutez, je vous montrerai le chemin. Bla, bla, bla... Il y avait alors des questions de côtelettes de porc, des visions d'anges, et des jours de fête. C'est très profond, n'est-ce pas ? Dans cette épître Paul nous donne une image puissante de Jesus-Christ--Qui Il est et ce qu'Il fait en nous!

Au Revoir, de Toute l’Equipe

J’aime bien que mon nom soit dans le journal pour avoir fait des exploits.

Malheureusement ma vie manque d’exploit et je ne suis pas souvent dans le journal (ce qui peut être une bénédiction).

Mais mon ami Philippe, lui était tout autre. Nous jouions au football américain ensemble, quand nous étions jeunes. Je jouais à l’avant et Philippe à l’arrière. Il était la vedette de l’équipe.

Parfois on s’approchait de la ligne de touche. Philippe prenait le ballon et courait. J’essayais de plaquer le défenseur en face, pour que Philippe puisse passer. Nous nous retrouvions, le défenseur et moi par terre, et il semblait que la plupart des joueurs des deux équipes, était empilée sur nous. Philippe m’avait suivi pour marquer encore.

Le jour suivant le journal parlait de de la manière dont Philippe avait marqué. Et moi? J’avais des bleus un peu partout mais les journaux m’avaient oublié. L’équipe avait gagné pourtant et j’en étais très content.

C’est ainsi dans l’oeuvre du Seigneur. Paul travaillait toujours dans une équipe. Nous connaissons bien le grand apôtre. Qui connaît Aristarque ou Justus? Mais, eux aussi, ils contribuaient au succès de l’évangile. Nous les reverrons dans ce chapitre.

PAUL PRIE TOUJOURS

Colossiens 4 : 2–Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces. 3 Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes,

Paul a commencé cette épître en parlant de la prière. Il en parle toujours. Persévérez dans la prière. Pourquoi est-il nécessaire de persévérer? Parce que la prière n’est pas toujours facile. Comme nous l’avons déja dit, c’est un combat.

Le diable nous dit que nos prières et nos louanges ne servent à rien, que nous gaspillons notre temps, que nous avons déjà dit la même chose cent fois. Lui, il sait combien la prière est importante, alors, il essaie de nous décourager.

La vérité est toute autre. Plus on prie, plus on aime prier. Dieu se révèle quand nous prions. Parfois nous expérimentons l’atmosphère du ciel sur terre quand nous persévérons dans la prière. Jésus devient tellement réel pour ceux qui persistent dans la prière avec un coeur plein de foi.

Et des sujets de prière? Si vous ne savez pas pour quel sujet prier, alors priez que les serviteurs de Dieu aient une porte ouverte pour annoncer Jésus. Priez qu’ils aient l’onction afin de s’exprimer d’une manière clair afin que le message soit claire.

Colossiens 4 : 3–Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, 4 et le faire connaître comme je dois en parler.

Priez pour la croissance des enfants de Dieu. Lisez 4:12 dans la Parole Vivante, (parlant du collègue de Paul, Epaphras), “Il combat sans cesse pour vous dans ses prières, demandant instamment que vous deveniez des chrétiens majeurs, que par une pleine certitude concernant la volonté de Dieu et dans une parfaite soumission à elle, vous puissiez réaliser tout le plan de Dieu pour vous.”

SACHEZ FERMER LA BOUCHE

Colossiens 4 : 5–Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps. 6 Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

Au travail, les autres savaient qu’il était chrétien. Alors, ils se sont bien amusés en se moquant de lui et en essayant de lui faire perdre son sang froid. Ce n’était pas facile pour lui.

Il faut savoir que le monde n’existe pas pour favoriser la vie chrétienne. Dans nos relations avec les gens de ce monde, il faut toujours prier en ce qui concerne où nous allons et ce que nous disons. Le monde ne comprend pas les choses de Dieu. Que vos paroles soient gracieuses, accompagnées de la sagesse de Dieu.

Colossiens 4 : 6–Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

Vous pouvez faire plus de dégâts avec cinq minutes de paroles intempestives que vous ne pouvez réparer en 5 ans. Le Seigneur vous donnera la sagesse de continuer.

Et si vous êtes tombés? Demandez pardon devant le Seigneur (et devant les hommes, si nécessaire) puis recommencez. Il est plus patient avec nous que nous le sommes avec nous-mêmes.

ET MAINTENANT… L’EQUIPE

Colossiens 4 : 7–Tychique, le bien-aimé frère et le fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur, vous communiquera tout ce qui me concerne. 8 Je l’envoie exprès vers vous, pour que vous connaissiez notre situation, et pour qu’il console vos coeurs. 

Souvent une partie du spectacle d’un match de basket moderne est la présentation des équipes. La musique est forte. Puis quand le présentateur crie le nom du joueur, il se lève avec beaucoup de “cool” pour se joindre à ses coéquipiers. La foule crie son approbation (si le joueur fait partie de son camp. Autrement… ). Il y a des explosions de joie.

L’ouvrier chrétien n’exige pas une telle gloire. Mais un serviteur de Dieu sage sait comment reconnaître la contribution de ceux qui l’aident. Après tout, aurions-nous eu ces épîtres provenant de la prison si Paul n’avait pas eu de fidèles collaborateurs pour les transcrire et les apporter à leur destination?

D’après les salutations des lettres de Paul, nous voyons environ 20 personnes qui ont été ses collaborateurs une fois ou une autre.
Il faut de l’amour, de la patience et de la soumission pour travailler ensemble. Les rôles dans l’équipe étaient différents. Le degré de confiance était différent. Les talents de l’un et de l’autre étaient eux aussi différents.

Mais quel travail fait par le Seigneur à travers ces hommes!

Colossiens 4 : 7– Tychique, le bien-aimé frère et le fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur, vous communiquera tout ce qui me concerne.

Regardez comment Paul le décrit, “bien-aimé, fidèle ministre, mon compagnon de service.” Si un ami vous décrivait, pourrait-il dire des choses semblables à propos de vous? Tychique est mentionné au moins cinq fois dans le Nouveau Testament. Il était originaire de l’Asie.

Actes 20 : 4–Il avait pour l’accompagner jusqu’en Asie : Sopater de Bérée, fils de Pyrrhus, Aristarque et Second de Thessalonique, Gaïus de Derbe, Timothée, ainsi que Tychique et Trophime, originaires d’Asie.

Paul l’a envoyé une fois à Ephèse et une autre fois il pensait envoyer son collègue en Crète pour remplacer Tite.

Tite 3 : 12–Lorsque je t’enverrai Artémas ou Tychique, hâte-toi de venir me rejoindre à Nicopolis; car c’est là que j’ai résolu de passer l’hiver.

Tychique se montrait digne de confiance, soumis au Seigneur et à Paul, capable d’apporter des lettres et probablement de les expliquer.

Il avait la capacité d’enseigner et de former les jeunes chrétiens. Il savait consoler et donner des rapports précis.
Vous avez déjà entendu un message concernant Tychique? Moi, non plus. Mais il y a des millions de Tychiques dans le royaume de Dieu. Sans eux les “Paul” n’auront jamais leur nom dans le “journal.”

Onésime voyageait avec Tychique chez les Colossiens. Il avait été esclave de Philémon, mais il s’est échappé, peut-être en volant une somme d’argent. De toute façon, il a rencontré Paul dans sa prison et il a eu une merveilleuse expérience de la grâce du Seigneur Jésus.

Il aidait beaucoup Paul en prison. Paul voulait le garder avec lui, mais il connaissait son maître Philémon personnellement et il estimait que ce n’était pas correct de ne pas lui en parler. Si l’histoire vous intéresse, lisez l’épître à Philémon. Tychique et Onésime apportèrent cet épître ainsi que les lettres adressées aux Colossiens et aux Laodicéens.

Et Aristarque! Vite, dites-moi deux choses concernant cet homme. Vous ne le connaissez pas? Lui aussi, il est mentionné cinq fois dans le Nouveau Testament. Ici, il est évidemment emprisonné avec Paul.

Colossiens 4 : 10–Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des ordres s’il va chez vous, accueillez-le;

Ce serviteur de Dieu était un Macédonien de Thessalonique. Il a été entraîné au théâtre lors de l’émeute d’Ephèse où ses oreilles ont été „cassées pendant deux heures avec les cris :

Actes 19 : 19–Et un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques, ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tout le monde: on en estima la valeur à cinquante mille pièces d’argent.

De compagnon de voyage, il est devenu compagnon de captivité. C’est parfois coûteux de s’identifier avec le peuple de Dieu.

LE RATÉ DEVENU UTILE

Colossiens 4 : 10–Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des ordres s’il va chez vous, accueillez-le; 11 Jésus, appelé Justus, vous salue aussi. Ils sont du nombre des circoncis, et les seuls qui aient travaillé avec moi pour le royaume de Dieu, et qui aient été pour moi une consolation.

Le nom que j’aime beaucoup sur cette liste est celui de Jean-Marc.
Il a été la source d’une dispute entre Paul et Barnabas, ces bons amis et collègues du travail dans le Seigneur.

Il les avait quittés pendant leur premier voyage missionnaire. Ils avaient besoin de lui, mais je suppose qu’il retourna chez maman. La vie missionnaire est dure pour un jeune homme.

Quand Paul et Barnabas décidérent à retourner visiter les églises qu’ils avaient fondées, Barnabas voulut donner à Jean-Marc une deuxième chance. Paul estimait que ce n’était pas sage, se rappelant ce qui était arrivé la première fois. Le débat fut vif et enfin les deux amis se séparerent pour former deux équipes missionnaires, Barnabas prenant Jean-Marc avec lui. Paul choisit Silas.

Mais gloire à Dieu, les deux amis ne sont pas restés sur leur colère. Ici, des années après, nous voyons Jean-Marc associé avec Paul dans le ministère.

Merci Seigneur pour la patience de Barnabas, qui a ramassé le jeune tombé sur le nez. Il lui a donné une deuxième chance et l’a développé à un tel point, que Paul a écrit à la fin de sa vie, “Prends Marc et amène-le avec toi, car il m’est fort utile pour le service (ministère).1 Timothée 4 : 11
Merci pour Paul qui était assez humble pour voir le changement chez Marc et l’ajouter à son équipe.
Pierre a même appelé Jean-Marc son fils dans le sens spirituel.

1 Pierre 5 : 13–L’Eglise des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils.

Ce jeune “raté’ est remonté de sa chute pour écrire le deuxième évangile.

COLLÈGUES JUIFS ET UN MÉDECIN

Colossiens 4 : 11–Jésus, appelé Justus, vous salue aussi. Ils sont du nombre des circoncis, et les seuls qui aient travaillé avec moi pour le royaume de Dieu, et qui aient été pour moi une consolation. 12 Epaphras, qui est des vôtres, vous salue : serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu. 

Ici, c’est peut-être la seule mention que nous avons de Jésus Justus.

C’était un frère Juif qui travaillait avec Paul et qui lui a été d’un grand encouragement. Et le Colossien Epaphras était peut-être emprisonné avec Paul.

Philémon 1 : 23–Epaphras, mon compagnon de captivité en Jésus-Christ, te salue,

Epaphras „M. Enthousiasme.” Evidement il s’est converti et est revenu pour prêcher aux siens à Colosses. L’église serait le produit de la grâce du Seigneur et du zèle de ce prédicateur.

S’il était emprisonné avec Paul, j’imagine que les gardes Romains ont eu les oreilles „cassées” plus d’une fois. Paul parle des combats dans la prière pour Colosses et la région de ce fidèle serviteur.

Colossiens 4 : 12–Epaphras, qui est des vôtres, vous salue : serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu. 13 Car je lui rends le témoignage qu’il a une grande sollicitude pour vous, pour ceux de Laodicée, et pour ceux d’Hiérapolis.

Ses prières pour les Colossiens étaient vigoureuses.

Beaucoup disent : “Si seulement je pouvais faire de grandes choses pour le Seigneur!” Mais voilà deux grands serviteurs, Paul et Epaphras liés et empêchés de prêcher partout comme ils auraient voulu. Mais ils ont fait ce qu’ils ont pu. Ils priaient, chantaient, écrivaient, et ils ont quand même touché le monde par leur prière, leurs paroles, leur exemple.

Ne dites jamais : “Si seulement!” Faites ce que vous pouvez, là où vous êtes. Voilà le fidèle Luc qui était aussi présent.

Colossiens 4 : 14–Luc, le médecin bien-aimé, vous salue, ainsi que Démas.

Vous attendiez autre chose? Luc ne disait peut-être pas grande chose mais il écrivait fidèlement ce qu’il voyait et entendait. Et voilà l’évangile de Luc et le livre des Actes qui en résultent.

Quel ami fidèle et bien-aimé! Plus tard, quand presque tout le monde avait abandonné Paul, Luc est resté.

Tout le monde voulait connaître Paul “le grand apôtre.” Il n’y en avait pas beaucoup qui voulait s’identifier avec Paul, “le condamné.” C’est alors que vous voyez qui d’entre vos amis sont comme Jésus.

Remarquez que Paul fait une mention précise du fait que Luc soit médecin. Bien que la Bible enseigne la guérison divine, elle n’est pas contre les médecins. Je crois qu’un médecin qui aime le Seigneur autant que Luc est d’une grande bénédiction.

Paul mentionnait Démas dans la même phrase avec Luc mais il était tout autre. Démas était un homme de Dieu, mais à la fin, l’attraction de ce monde a triomphé de sa fidélité. Il a brisé le coeur de Paul.

Plus tard, à la fin de la vie de Paul, Luc était présent. Démas? “Car Démas m’a abandonné par amour pour le siècle présent.

2 Timothée 4 : 10–car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique; Crescens est allé en Galatie, Tite en Dalmatie.

Y-a-t-il des paroles plus tristes que celles-ci? Ce n’est pas celui qui court bien pour la moitié d’une course qui gagne.
C’est celui qui court jusqu’au bout.

EH, PREDICATEUR, N’OUBLIEZ PAS

Colossiens 4 : 16–Lorsque cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’Eglise des Laodicéens, et que vous lisiez à votre tour celle qui vous arrivera de Laodicée.

L’église de Colosses avait une soeur à Laodicée qui lui était proche. Paul lui avait écrit une lettre qu’ils allaient partager avec les Colossiens. Les Colossiens allaient faire la même chose pour les Laodicéens.

N’est-il pas merveilleux d’avoir des frères et des soeurs en Christ? Une église isolée est en danger. C’est pourquoi nous nous lions avec d’autres églises, pas seulement pour avoir la même doctrine mais pour se fortifier mutuellement. Quand l’une tombe l’autre la relève. Quand l’une s’écarte du chemin, l’autre l’aide pour retrouver la voie.

EH! CHERI!

Colossiens 4 : 17– Et dites à Archippe : Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, afin de le bien remplir. 18 Je vous salue, moi Paul, de ma propre main. Souvenez-vous de mes liens. Que la grâce soit avec vous !

Quand je fais des commissions pour mon épouse, j’ai remarqué quelque chose de drôle. Je sors, mais juste avant ou après que je ferme la porte, elle pense à une autre chose : “Et David! Pourrais tu aussi acheter… ?” C’est une chose bien à elle, mais je dirai que cela m’arrive plus de la moitié du temps (Quand elle lira cela, il risque de m’arriver quelque chose!).

Je crois que Paul était de parenté avec ma bien-aimée. Il termine sa lettre comme s’il disait:Oh, oui, dites à Archippe…

Archippe était évidemment pasteur ou responsable d’une église de maison à Colosses. Paul l’appelle son compagnon de combat.

Philémon 1 : 2–à la soeur Apphia, à Archippe, notre compagnon de combat, et à l’Eglise qui est dans ta maison :

Son nom voulait dire, “maître du cheval,” et cela donnait peut-être une idée de ce qu’était son métier.

Le Saint Esprit lui parle directement par l’intermédiaire de Paul : “Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, afin de bien le remplir.” Etait-il tellement pris par son occupation que son coeur n’était plus aussi zélé pour l’oeuvre du Seigneur?

Quand on ne voit pas de changement dans l’assemblée ou si cela ne va pas trop bien, il est facile de laisser notre appel du Seigneur prendre la deuxième place. Paul lui rappelle qu’il faut bien faire le travail du Seigneur et de tout coeur.

Si Dieu nous a appelés pour prêcher l’évangile, nous sommes d’abord prédicateur et ce que nous devons faire pour gagner notre vie (si l’église est trop petite pour subvenir à nos besoins), cela passe au deuxième plan.

Un autre a pris la dictée de cette lettre pour Paul mais il ajoute sa propre signature pour qu’ils sachent que c’était authentique.

Colossiens 4 : 18–Je vous salue, moi Paul, de ma propre main. Souvenez-vous de mes liens. Que la grâce soit avec vous !

Paul leur laisse une image poignante, “Souvenez-vous de mes liens.” Ce serviteur a été lié, mais non pas réduit au silence, persécuté mais sa louange se faisait toujours entendre dans les lieux célestes.
Il pensait aux autres. “Que la grâce soit avec vous!” résonnait dans les oreilles des chrétiens quand ils ont repris le chemin pour leur maison.

DERNIERES PENSEES

Le jeune homme était un peu pensif quand il s’est levé de sa place pour retourner chez-lui. Normalement, il y avait un brouhaha de voix après les réunions. Les chrétiens aimaient bien être ensemble, mais ce soir-là, la lettre de Paul les a fait réfléchir. Et comment!
Ses jambes étaient raides, quand il sortit du lieu où se réunissait l’église. Les derniers au-revoir des frères et des soeurs réchauffaient son coeur. Tout à coup, il regarda le ciel resplendissant d’étoiles.

Se rappelant les paroles de Paul dans sa lettre, il semblait que chaque étoile chantait la gloire de Celui qui l’avait créé, le Seigneur Jésus Christ.

Il savait bien de qui Paul parlait dans ses mises en garde. Lui aussi, il avait été troublé par ces nouveaux enseignements. Il n’y aurait jamais fait attention mais ces gens étaient tellement persuasifs et convaincants. Pendant un bref moment, il s’était demandé s’il devait chercher autre chose pour l’ajouter à sa foi au Seigneur.

Mais le Saint Esprit témoignait puissamment avec les paroles de Paul et le jeune savait qu’il n’y avait personne comme le Seigneur Jésus. Il voulait rester rempli de Lui. C’est Lui la plénitude de Dieu.

“Père, il est notre trésor aussi. Merci pour Jésus! Remplis nous d’avantage de Lui!”