Jour n°20–Pourquoi nos pensées divergent ?

« Lorsque j’étais enfant je… pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j’ai fait disparaître ce qui était de l’enfant » (1 Corinthiens 13.11).

Bien que nous soyons exhortés à avoir une même pensée, comme nous l’avons souligné dans Philippiens 2.2 et 3.15, nous constatons que cet objectif n’est pas atteint. Nos pensées divergent, pourquoi ?

Dans le texte de ce jour, l’apôtre introduit une notion très importante ; il souligne que notre vécu, notre parcours personnel, notre expérience ou notre inexpérience, influencent notre manière de penser. Comme nous n’avons pas tous le même vécu, comme nous ne sommes pas passés par les mêmes expériences, chacun a développé son propre système de pensées. Dans ce texte, l’apôtre fait intervenir une notion importante, celle de la maturité. L’homme adulte, l’homme fait, comme il le dit par ailleurs, ne pense pas comme celui qui est encore dans l’enfance. Or, dans notre compréhension des choses spirituelles, nous n’avons pas tous la même maturité.

L’auteur de l’épître aux Hébreux se lamente de voir que ceux qui devraient en être à une nourriture solide en sont encore au petit lait : « Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu…quiconque en est au lait n’a pas l’expérience de la parole de justice ; car il est un enfant » (Hébreux 5.12/13). Or, celui qui est un enfant ne pourra pas penser comme celui qui est adulte. Dans les assemblées, il y a cette grande diversité d’hommes et de femmes ayant eu des parcours très différents, il y a de nouveaux croyants et d’anciens fidèles. Tout ceci fait qu’il est difficile d’en arriver à une même pensée.

Cette difficulté doit-elle nous faire renoncer à atteindre cet objectif ? Certainement pas ; mais comment tendre vers cet objectif ? Il n’y a pas de règle absolue, mais simplement une règle de bon sens : S’appliquer à développer la maturité de chacun. Qu’il y ait des pensées divergentes, c’est inévitable, mais si ce sont les pensées « enfantines » qui s’imposent, la communauté sera en souffrance. Il faut donc travailler à la croissance spirituelle de chaque fidèle, en apportant un enseignement approprié à chacun.

La divergence de pensées nous invite à la patience, à l’ouverture d’esprit, à l’amour qui espère, au support mutuel, à l’humilité ; car, où que nous en soyons au niveau de notre maturité spirituelle, nous avons encore des progrès à faire, chacun pour notre part. Admettons que nous pouvons encore progresser.

Un conseil pour ce jour :
Admettez que d’autres puissent penser autrement que vous. Travaillez à votre propre maturité, et priez pour que chacun croisse en Christ.

Paul Calzada
www.Lueurs du Matin

Next Lesson ⟶