Jour n°22–À quoi penses-tu ?

” Car mes pensées ne sont pas vos pensées… ” (Ésaïe 55.8).

Dieu pourrait parfois venir frapper à la porte de nos pensées, et nous susurrer au creux de l’oreille : ” À quoi penses-tu ? ” Non pas qu’il ne les connaisse pas, mais pour que nous prenions conscience du contenu de nos pensées. Peut-être que plus d’une fois, il pourrait nous dire que nos pensées ne sont pas celles que nous devrions avoir. Ou encore, que nous ne prêtons pas attention à ce qui est essentiel, ou que nous pensons à nos problèmes au lieu de penser à lui.

Le Psaume 121 nous parle de quelqu’un qui fixe, dans un premier temps, ses yeux vers les montagnes de difficultés qui sont devant lui. Il pense à ces montagnes, il les analyse, il ne peut détacher son regard de ces grandes épreuves qui sont devant lui, et ses pensées le conduisent vers la perplexité : ” D’où me viendra le secours ? ”

Et puis, soudain, il réalise que de telles pensées ne peuvent l’aider, alors il réoriente ses pensées, et commence à penser à Dieu ; il pense à son pouvoir créateur, à sa bienveillance, à sa fidélité, à sa présence, à sa souveraineté… ” Le secours me vient de l’Éternel… il est celui qui te garde … Il ne sommeille ni ne dort… ” et, ayant pensé autrement, il finit par une déclaration de foi : ” L’Éternel te gardera “.

De nombreux croyants laissent leur esprit errer dans les méandres de leurs problèmes. Ils ont les pensées occupées par tous leurs soucis quotidiens. Leur esprit est préoccupé par une multitude de tracas, et ils en arrivent à oublier de penser à celui qui leur a dit : ” Je suis avec vous tous les jours “.

Analysez vos pensées ; si elles sont dirigées uniquement vers vos problèmes, elles ne vous seront d’aucune utilité. Comme le psalmiste, ayez la sagesse de guider vos pensées vers le Seigneur tout puissant. Souvenez-vous de sa fidélité, de son amour, de sa grâce ; cultivez de telles pensées, et vous ne verrez plus les montagnes de problèmes de la même façon ; vous les verrez au travers de son regard à lui.

Souvenez-vous que la victoire sur vos problèmes dépend, en partie, de la manière où vous pensez à eux. Si vos pensées ne font que tourner et virevolter autour d’eux, vous finirez par être submergé par eux ; par contre, si vous commencez à prendre de la distance, si vous orientez, avec foi, vos pensées vers celui qui est fidèle, miséricordieux, tout-puissant… alors vous trouverez le chemin de sortie.

Un conseil pour ce jour :
Alors que vous êtes face à une montagne de problèmes, de soucis, posez-vous la question suivante : A quoi est-ce que je pense : à la montagne, ou à Dieu qui est plus grand que cette montagne ?

Paul Calzada
www.Lueurs du Matin

Next Lesson ⟶