Article

Trente jours pour redécouvrir le pardon

Paul Calzada Le pardon est l’un des aspects essentiels du ministère de Christ. Non seulement il a enseigné ses disciples au sujet du pardon, mais il a également pratiqué le pardon à diverses occasions, et en particulier envers ses bourreaux, à l’heure de la crucifixion.

Jour n°22–La force de pardonner

« Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois » (Matthieu 18.21/22).

Il n’est pas facile de pardonner quand on a été victime d’une agression, d’un viol, d’une escroquerie qui nous a ruinés. S’il est des actes et des paroles que l’on peut pardonner facilement, il en est d’autres qui sont très difficiles à pardonner. Où trouver la force de pardonner de tels actes destructeurs ?

Considérons l’histoire du premier martyr de l’Eglise. Alors qu’Etienne est sur le point de mourir, suite à une horrible lapidation de la part de ses frères juifs, il adresse à Dieu cette prière : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché ! » (Actes 7.60).

Etienne sait que Dieu est juste. Etienne connaît la loi de Moïse qui dit : « A moi la vengeance et la rétribution…l’Eternel jugera son peuple ; mais il aura pitié de ses serviteurs » (Deutéronome 32.35/36). Etienne pourrait prier en disant : « Seigneur, fais-moi justice, rends-leur selon leurs œuvres. » Mais ce n’est pas le cas. Il demande à Dieu, le juge suprême, de ne pas les sanctionner comme ils le mériteraient.

C’est comme si Etienne disait : « Seigneur laisse de côté la justice et exerce ta miséricorde en leur accordant la repentance ». Étienne, désire sincèrement que Dieu accorde le pardon à ses bourreaux. Il ne veut pas que Dieu exerce sa vengeance et les punisse. Il ne veut pas que Dieu les condamne ; il désire que Dieu leur accorde la repentance pour qu’ils reçoivent le pardon. Quelques jours plus tard, la prière d’Etienne fut exaucée, car un jeune homme, Saul de Tarse, accepta Christ comme son Sauveur.

Que voyons-nous ? D’un côté, des hommes extrêmement religieux qui n’hésitent pas à lapider, et d’un autre côté, un disciple de Christ qui plaide pour ses bourreaux. Dieu accorde à Etienne la capacité de réclamer le pardon de ses bourreaux. Dans le pardon, il y a une dimension divine, un don venant de Dieu qui nous permet de pardonner.

Étienne n’est pas centré sur sa propre souffrance ; il ne s’attarde pas sur ses blessures et ses douleurs ; il ne se plaint pas d’être une victime, mais il plaide en faveur de ses bourreaux. Cette capacité de réclamer la grâce de Dieu sur leur vie provient du fait qu’Etienne est rempli du Saint-Esprit, et qu’il a la vision du Seigneur (Actes 7.55/56). Cette présence divine lui communique la puissance de prier pour le pardon de ses bourreaux.

Un conseil pour ce jour :
La force de pardonner se trouve en Dieu. Cherchez la présence du Seigneur, et dans sa présence vous recevrez cette capacité surnaturelle de pouvoir pardonner.

Paul Calzada

La formation « 30 jours pour redécouvrir le pardon » est un programme proposé par FaitesDesDisciples.com.

Prochaine leçon