Article

Trente jours pour redécouvrir le pardon

Paul Calzada Le pardon est l’un des aspects essentiels du ministère de Christ. Non seulement il a enseigné ses disciples au sujet du pardon, mais il a également pratiqué le pardon à diverses occasions, et en particulier envers ses bourreaux, à l’heure de la crucifixion.

Jour n°24–Le péché impardonnable !

« En vérité, je vous le dis, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, ainsi que les blasphèmes qu’ils auront proférés ; mais quiconque blasphèmera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais le pardon : il est coupable d’un péché éternel. C’est parce qu’ils disaient : Un esprit impur est en lui » (Marc 3.22/30).

Alors que nous avons abordé le thème du pardon sous différents angles, il nous faut en venir maintenant à cette question que de nombreux croyants se posent au sujet du péché impardonnable : « Ai-je commis le péché impardonnable » ?

Dans le verset du jour, Jésus parle d’un péché pour lequel il n’y a pas de pardon : le blasphème contre le Saint-Esprit. Il fait allusion à ce péché en s’adressant aux religieux qui l’accusent de chasser les démons par le pouvoir et l’autorité de Satan : « Les scribes qui étaient descendus de Jérusalem dirent : c’est par le prince des démons qu’il chasse des démons ». Nous retrouvons des paroles similaires dans Matthieu (Matthieu 12.31/32).

Pour comprendre ce que Jésus veut dire, il est essentiel de placer ses paroles dans leur contexte.

Jésus s’adresse aux religieux, lesquels niaient que Jésus soit le Messie. Les miracles que Jésus faisait en faveur des malheureux, ils les ont attribués au diable. En faisant cela, ils ont accusé Jésus de sorcellerie. Ils ont appelé abomination, ce qui était saint et divin, et qui était la manifestation du Saint-Esprit.

Jésus souligne leur incohérence en disant : « Comment Satan peut-il chasser Satan ? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister ; et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister. Si donc Satan se soulève contre lui-même, il est divisé et ne peut subsister, c’en est fini de lui » (Marc 3.23/27).

Le péché impardonnable, c’est donc de rejeter, de manière délibérée et répétée, la grâce de Christ, alors que le Saint-Esprit est à l’œuvre dans nos vies de manière surnaturelle.

Considérons un exemple biblique qui peut nous aider à comprendre. Avant que le Saint-Esprit n’intervienne dans sa vie, l’apôtre Paul rejetait le Christ avec violence. Son attitude était-elle impardonnable ? Non, car il fut pardonné lorsque le Saint-Esprit vint le terrasser sur le chemin de Damas ; il ne résista pas à la vision divine et accepta le Christ.

S’il avait résisté à cette action puissante du Saint-Esprit, que se serait-il passé ? Dieu lui aurait encore donné d’autres occasions, tout comme il en a donné de nombreuses, aux religieux auxquels Jésus s’adresse.

C’est le Saint-Esprit qui convainc les hommes de péché, de justice et de jugement (Jean 16.8). Le refus délibéré de la grâce de Dieu, est le seul péché qui, par sa propre nature, soit impardonnable (Jean 3.18).

Une prière pour ce jour :
Merci Seigneur pour ta patience. Je reçois ta grâce ; je sais que tu m’aimes. Je crois que Jésus a payé pour tous mes péchés. Amen !

Paul Calzada

La formation « 30 jours pour redécouvrir le pardon » est un programme proposé par FaitesDesDisciples.com.

Prochaine leçon