Article

Trente jours pour redécouvrir le pardon

Paul Calzada Le pardon est l’un des aspects essentiels du ministère de Christ. Non seulement il a enseigné ses disciples au sujet du pardon, mais il a également pratiqué le pardon à diverses occasions, et en particulier envers ses bourreaux, à l’heure de la crucifixion.

Jour n°27–Le pardon libérateur

« Ne donnez pas accès au diable » (Ephésiens 4.27).

Quel pouvoir extraordinaire nous exerçons sur un objet que nous contrôlons à distance.

Il y a quelques années en arrière, alors que nos petits-enfants étaient encore petits, il m’est arrivé de les observer avec attention, lorsqu’ils jouaient avec une voiture dite « télécommandée ».

Ils appuyaient sur un bouton, le véhicule avançait, ils appuyaient sur un autre bouton, le véhicule reculait. La voiture allait à droite ou à gauche, au grès de leurs caprices. Ils prenaient un réel plaisir à envoyer la voiture jouet, sur les pieds de papi !

Alors, à leur insu, je m’amusais à déconnecter le mécanisme de téléguidage, et les voilà bien incapables de faire avancer ou reculer la voiture. Tout leur acharnement à appuyer sur les boutons n’y changeait rien, ils n’avaient plus accès au mécanisme interne, le lien de subordination était rompu, et la voiture n’était plus soumise à leurs caprices.

Pour que l’adversaire de nos âmes ne puisse agir sur nous, l’apôtre Paul nous invite à ne pas donner accès au diable. Quelle est la porte qui donne un accès au diable ? La porte qui lui donne un accès est le péché.

Certains pourraient imaginer que l’apôtre nous demande de ne jamais pécher, pour ne pas donner accès au diable. Or, nous savons que nous péchons. Alors, comment fermer cette porte, pour que le diable n’ait pas accès sur nous ? Le seul moyen de fermer cette porte au diable, lorsque nous péchons, c’est de nous repentir, et de recevoir le pardon de Dieu.

Le péché ouvre la porte, mais le pardon divin la referme. Lorsque nous péchons, d’une manière ou d’une autre, le seul moyen d’échapper au prince de ce monde, c’est de recevoir le pardon divin. Sans le pardon divin, nous permettons au diable d’avoir un accès dans nos vies.

Pour Jésus, cela était clair, le diable n’avait aucun accès sur sa vie. Le diable ne trouvait aucun moyen de manipuler Jésus, car notre Seigneur était libre de tout péché, de toute rancune, de tout mensonge. C’est ce qu’il dit : « Le prince du monde vient. Il n’a rien en moi » (Jean 14.30).

Pour nous, le seul moyen d’échapper à la manipulation du diable, c’est de confesser nos péchés et de recevoir le pardon libérateur.

Lorsque nous confessons nos péchés, que Christ vit en nous, et que nous demeurons en lui, toutes les connexions de l’ennemi sont brisées, nous l’avons vaincu : « Je vous écris, petits-enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom…Je vous ai écrit…parce que vous avez vaincu le malin » (1 Jean 2.12/14).

Ma prière en ce jour :
Seigneur, afin de ne pas être soumis à la manipulation du diable, je me place au bénéfice du sacrifice de Jésus pour le pardon de mes péchés. Amen !

Paul Calzada

La formation « 30 jours pour redécouvrir le pardon » est un programme proposé par FaitesDesDisciples.com.

Prochaine leçon