Article

Trente jours pour approfondir sa vie de prière

Paul Calzada Lorsque nous allons vers Dieu dans la prière, il nous reçoit en ouvrant ses bras, il vient même au-devant de nous, il nous accueille avec chaleur et tendresse. Ainsi il est notre Père, il nous a créés et a mis en nous l’empreinte de son image : “Il est lui-même notre Père, lui qui nous a faits et nous a créés” (Deutéronome 32.6).

Jour n°16–Qui est au centre de nos prières ?

« Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6.33).

Attention à nos prières centrées en priorité sur nous et nos propres besoins. Lorsque Jésus veut enseigner ses disciples à prier, il leur rappelle que leurs besoins personnels doivent venir après Dieu, son règne, son royaume, sa gloire. La requête : « Donne-nous notre pain quotidien » (Matthieu 6.11) vient après le règne de Dieu.

Prier pour nos besoins quotidiens est certainement ce que nous savons faire le mieux. Cette prière peut revêtir diverses formes : « Bénis mon mari, mon épouse, ma famille, mon travail, mes biens, ma nourriture… » Les « me, mon, ma, mes » sont en première ligne. Cependant, avec raison, Jésus place ces besoins après les intérêts de Dieu. Ceci nous oblige à nous poser la question de nos priorités dans la prière.

Lorsque Jésus nous invite à demander « notre pain quotidien », n’oublions pas que cela se passait dans un contexte, où le pain de chaque jour n’était pas une garantie absolue. N’oublions pas aussi que cette situation de précarité est, aujourd’hui encore, le cas d’un grand nombre de personnes sur notre terre. Prier pour nos besoins en oubliant ces déshérités, n’est-ce pas faire preuve d’un égocentrisme regrettable ?

Si nous pouvons aller à l’église, sans la crainte qu’on nous menace, qu’on nous arrête ou qu’on nous tue, nous sommes plus heureux que trois milliards de personnes au monde qui ne connaissent pas cette liberté. S’il y a de quoi manger dans notre frigo et que nous sommes vêtus, nous sommes plus riches que 75% des habitants de ce monde. Si nous lisons cette pensée nous sommes bénis, car nous ne faisons pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire!

Lorsque nous prions pour nos besoins, n’oublions pas ces milliards d’hommes, de femmes et enfants qui n’ont pas d’eau potable, d’école, de médecin, de maison, qui sont battus, emprisonnés injustement, qui meurent de faim et aimeraient manger nos ordures !

Certes, nous pouvons prier pour nos besoins quotidiens, mais il est essentiel que nos pensées soient tournées d’abord vers les autres. Esaïe dit : « partage ton pain avec celui qui a faim » (Esaïe 58.7). Chaque jour des enfants meurent de faim, certains vont se vendre pour pouvoir manger un bol de riz. Nos poubelles débordent de déchets, alors que des millions d’enfants se nourrissent sur les ordures ménagères dans le tiers monde !

Un conseil pour ce jour : Que la prière pour vos besoins quotidiens soit toujours placée dans cette perspective de générosité. Ne soyons pas des sangsues qui disent égoïstement : « Donne, donne ! » (Proverbes 30.15).

Paul Calzada

 

La formation « 30 jours pour approfondir sa vie de prière » est un programme proposé par Un Jour Une Prière et Lueurs du Matin.

 

Prochaine leçon