L’INTOLERANCE TUE LA LIBERTE D’ENTREPRENDRE

Auteur: Paul Calzada

PASTEUR PAUL CALZADA

“Supportez-vous les uns les autres…”Colossiens 3.13. “Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous” 1 Thessaloniciens 5.14

Le 14 juillet 1933, Hitler interdit tous les partis en Allemagne, à l’exception du parti nazi. Nous savons où cette forme d’intolérance a conduit le monde : 60 millions de morts, dont 6 millions de victimes dans les camps de la mort.

Ne pas tolérer la différence, être fermé aux avis des autres, opter pour des positions radicales, ne sont pas seulement un risque de limiter la liberté des autres, mais sont la manifestation d’une absence de liberté chez ceux qui adoptent ces attitudes.

Les dictateurs ne sont pas uniquement des usurpateurs de liberté mais surtout ce sont des personnages à la pensée figée, prisonniers de leurs convictions absolues.

Alors que Saul de Tarse persécutait les disciples de Jésus, il était « animé d’un zèle excessif pour les traditions de ses pères » Galates 1.14. Ce zèle excessif non seulement le rendait intolérant, mais démontrait que lui-même était prisonnier de ses certitudes.

Le mot ‘tolérance’ n’existe pas dans la Bible ; aussi que faut-il entendre par tolérance et intolérance ? Dans le sens “d’être patient, ou d’aimer quelqu’un malgré ses fautes”, ou encore d’avoir du respect pour la liberté d’autrui”, comme le sous-entendent les textes en référence. Il est clair qu’il faut être tolérant.

Mais si c’est “supporter sans chercher à aider avec amour et respect celui qui est dans l’erreur” ou pire encore “ne pas faire attention aux péchés commis”, là nous allons au-delà du tolérable et nous n’avertissons pas, comme nous le demande l’Ecriture, ceux qui vivent dans le désordre.

Frères et sœurs, quelles sont vos limites du tolérable et donc jusqu’où va votre propre liberté ? Comment vous réagissez à telle ou telle pratique, à telle ou telle manière de faire ? Êtes-vous en colère, critiquez-vous acerbement celui qui a une opinion différente de la votre ?

Combattez-vous les personnes avec violence et sans respect si elles ne professent pas les mêmes convictions que vous ? Votre propre liberté respecte-t-elle la liberté d’autrui ?

Jésus était assez libre pour accueillir aussi bien les pharisiens comme Nicodème que les prostituées et les gens de mauvaise vie. Nous voyons que sa liberté était incomprise par les religieux, prisonniers de leurs convictions inébranlables.

Ma prière de ce jour : Seigneur, toi qui as établi la communication avec tous : religieux et mécréants, lépreux, infirmes et bien portants, prostituées et gens de bien, juifs, romains, et samaritains, rois et esclaves… aide-moi à avoir du respect pour tous ceux qui m’entourent, à les aimer comme toi tu les aimes, même si tu n’aimes pas ce qu’ils font.

LIBERTE D’ENTREPRENDRE

 

“Jean prit la parole, et dit : Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.

Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus ; car qui n’est pas contre vous est pour vous.” Luc 9.49/50. La liberté d’entreprendre est l’une des conditions qui permettent la créativité, l’adaptation, la diversité, la richesse, la compétitivité…des entreprises.

Cette liberté d’entreprendre n’est pas toujours couronnée de succès. Il y a parfois des échecs, des faillites. Si l’on veut éliminer ce risque, il faut alors restreindre cette liberté d’entreprendre.

Dans les Evangiles nous voyons que Jésus acceptait qu’un homme qui ne le suivait pas, chasse des démons en son nom. Les disciples voulaient restreindre la liberté que cet homme avait, mais Jésus leur dit «ne l’en empêchez pas». Soulignons le fait que Jésus est favorable à cet esprit de libre entreprise.

Dans le livre des Actes, nous voyons comment Gamaliel, l’un des chefs religieux des plus considérés de cette époque, traite cette question de la liberté d’entreprendre : “Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller.

Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire.

Ne courez pas le risque d’avoir combattu contre Dieu. Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent.” Actes 5.38/40. Nous savons que les disciples ont poursuivi leur œuvre et que Dieu a donné du ‘succès’ à leur entreprise.

L’apôtre Paul parle de ceux qui prêchent pour toutes sortes de raisons, bonnes ou mauvaises : “Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et par esprit de dispute ; mais d’autres le prêchent avec des dispositions bienveillantes.

Ceux-ci agissent par amour… tandis que ceux-là, animés d’un esprit de dispute, annoncent Christ par des motifs qui ne sont pas purs …. Qu’importe ? De toute manière, que ce soit pour l’apparence, que ce soit sincèrement, Christ n’est pas moins annoncé : je m’en réjouis, et je m’en réjouirai encore.” Philippiens 1. 15/18.

L’apôtre se réjouit, de ce que certains utilisent cette liberté d’entreprendre une œuvre d’évangélisation, même si leur motivation n’est pas bonne.

Ma prière de ce jour : Seigneur tu nous as donné une grande liberté pour te servir ; pour ma part je veux le faire avec des motivations pures, dans la collaboration et la communion. Si d’autres le font avec d’autres sentiments, il ne m’appartient pas de les juger, je les béni en ton nom. Amen.

www.lueursdumatin.fr

La suite

Nous serions ravis de répondre à vos questions ou de vous aider dans les prochaines étapes de votre voyage.