Deux choses qui m’embêtent

Deux choses qui m’embêtent

 

Je vais vous raconter deux choses qui m’irritent au plus haut dégré.

 

La première est quand je suis en retard. Je me précipite dans la ville de

Reims, essayant d’arriver à l’heure à la réunion. Il semble qu’il y ait

40,000 feux tricolores qui poussent du béton et 39,999 brillent rouge quand

ils me voient approcher.

 

L’autre est jaune, changeant en rouge juste avant que j’arrive.

 

Dans ma Peugeot, je suis tout agité : ” Pourquoi tous ces feux rouges ? Qui

mettrait un feu rouge juste là ? Il n’y a qu’une voiture par jour qui vient

de cette petite rue à côté. Je parie qu’ils le font pour nous ralentir ” !

La montre au-dessus du tableau de bord s’accélère.

 

Finalement, il y a une occasion d’aller un peu plus vite et seulement une

voiture devant. Je peux gagner un peu de temps. Mais lui ! Il roule à cinq

kilomètres par heure en-dessous la limite de vitesse. ” Ai, yi, yi ! Que

faites-vous, mon pote ? Vous croyez que c’est une promenade du dimanche ?

(Enfin, c’était le dimanche). Ne savez-vous pas qu’il y a des gens qui

doivent être à l’heure ? C’est une rue, pas un parc public ” ! (Je pense

cela mais je ne le dis pas parce que je risque de le voir plus tard dans

l’assemblée. Il sera peut-être plus disposé d’écouter l’évangile si je ne

l’ai pas insulté avant).

turned on traffic light

 

Lui, est-il gêné ? Pas du tout. Il continue sa progression sans soucis et

moi en train de piquer une crise nerveuse derrière lui. Il apprécie

l’architecture de notre belle ville et les oiseaux aussi. Il écoute sans

doute de la musique classique. Ma tension sanguine s’élève comme je regarde

la montre courir vers l’heure du rendez-vous.

 

Enfin, j’arrive à la réunion–à l’heure–après ce qui semblait des années

de stress. Et ils commencent dix minutes en retard.

 

Et la deuxième chose qui me tracasse ?

 

C’est le dimanche. Je pars bien avant l’heure pour être un peu en avance

pour la réunion. Je roule tranquillement dans la ville, le coeur plein de

joie et sérénité, écoutant une belle musique. J’apprécie le beau soleil et

la vie en générale quand tout d’un coup……

 

……tout d’un coup je regarde dans le rétroviseur et je vois cet idiot

collé à ma parechoc par derrière. C’est évident qu’il est pressé et je ne

roule pas assez vite pour lui. Il essaie de me doubler mais c’est

impossible (” C’est la ville, espèce d’andouille ! Vous ne pouvez pas

doubler “).

 

Il me colle comme le chewing gum colle à ma chaussure. Ma tension de

sanguine s’élève. J’oublie la belle musique. Je lui lance des regards

méchants par la rétroviseur.

 

Honnêtement, le monde serai mieux avec un peu de patience (et si je partais

quelques minutes plus tôt). Enfin, Dieu nous partage un petit secret. Il

estime tellement la foi patiente qu’il permet que nous tombions dans des

situations où la foi patiente grandira. Ces expériences n’incitent pas

toujours de bons résultats des examens de la  tension du sanguine si vous

n’avez pas appris à vous relaxer et lui faire confiance.

 

Ecoutez ce qui dit Eugène Peterson : ” Il y en a encore : Nous continuons

de crier notre louange même quand nous sommes coincés par les troubles,

parce que nous savons comment des troubles peuvent développer la patience

passionnée en nous, et comment cette patience forge le fer trempé de vertu,

nous gardant toujours alertes pour ce que Dieu fera prochainement. Dans une

telle anticipation nous n’avons jamais le sentiment de manquer quelque

chose. Au contraire-nous ne pouvons pas trouver assez de conteneurs pour

contenir tout ce que Dieu répand généreusement dans nos vies par l’Esprit

Saint ” (Romains 5 : 3,4, version Le Message).

 

La vie colle t-elle à votre parechoc derrière maintenant ? Au lieu

d’exploser de stress pourquoi pas : a) prendre un jour de congé et aller

ailleurs pour regarder un peu autres choses ; b) regarder profondément la

Parole de Dieu pour constater ce que Dieu a promit à son peuple dans des

situations difficiles ; c) commencer de le louer et lui dire qu’il est

votre abri, votre calmant, et Celui qui t’aidera à coup sûr.

 

Faites cela, même quand vous n’en avez pas envie et juste derrière vous la

vie fait ” biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip ” sur son klaxon. Ralentissez et croyez

au Seigneur Jésus.

 

Quand vous regardez vers Lui au lieu de regarder dans le rétroviseur à ce

problème qui vous serre de près, la vie change. La belle musique de louange

sort de la radio et vous voyez des oiseaux et la belle architecture en

passant dans la vie.

 

A propos, si vous serrez quelqu’un de près dans votre

impatience-détendez-vous ! Vous n’aimez pas que les autres vous le faites .

Ne le faites pas aux autres. (Souviens-toi de cela le dimanche prochain,

David).

 

–David Porter

 

La suite

Nous serions ravis de répondre à vos questions ou de vous aider dans les prochaines étapes de votre voyage.