Leçon 1: A l’œuvre au sein de la famille de Dieu

Chang n’est converti que depuis quelques mois, mais il se réjouit en découvrant les merveilleuses vérités qui lui sont révélées tandis qu’il étudie la Parole de Dieu avec avidité. Il lit de quelle manière Dieu a parlé au monde, dans les temps passés, et il discerne quelque chose d’intéressant, tissé au travers de la Bible tout entière.

En se penchant sur le Livre saint, Chang s’aperçoit que Dieu a toujours eu une famille, et que celle-ci a contribué à l’accomplissement de son Ïuvre dans le monde. Il lit le récit des prophètes de l’Ancien Testament, celui des disciples et des apôtres de l’Eglise primitive qui, eux, vivaient à l’époque du Nouveau Testament. Il remarque de quelle manière ces hommes et ces femmes ont transmis à d’autres le message divin.

Alors qu’il étudie toutes ces choses, une prière monte de son cÏur vers Dieu : « Seigneur, comment puis-je faire partie de ton Ïuvre ? » Une telle prière devient bientôt son cri tandis qu’il se rend compte des besoins du monde qui l’entoure. Est-elle également le cri de votre cÏur ? Au cours de cette première leçon, vous vous mettrez certainement à découvrir quel est le plan de Dieu à votre égard, et comment vous pouvez faire partie de l’Ïuvre du Seigneur dans notre monde actuel.

Nous lisons, dans la Genèse, que Dieu créa l’homme et la femme à son image (Genèse 1.27). Il se montra ensuite satisfait de ce qu’Il venait de créer (Genèse 1.31).

La famille de Dieu dans l’Ancien Testament

Si Dieu amena à l’existence toutes les créatures, Il accorda uniquement à l’homme le privilège d’être en communion avec lui. Cette communion, ce contact, Il le désirait. Il voulait en quelque sorte partager ce qu’Il était avec sa création. Il voulait une famille.

La communion dont l’homme jouissait avec son Créateur fut bientôt brisée à cause du péché d’Adam et d’Eve (Genèse 3.1-24). Dieu continua cependant à avoir une famille en demeurant en contact avec ceux qui lui obéissaient.

Dans Genèse 4.26, nous lisons que « l’on commença à invoquer le nom de l’Eternel ». L’histoire de Noé nous indique clairement que Dieu avait une famille à ce moment-là. Noé « agit en tout point comme Dieu le lui avait ordonné » (Genèse 6.22). L’Eternel avait déjà à sa disposition des hommes capables d’accomplir son Ïuvre.

A partir d’un homme dont le nom était Abraham, nous avons le récit complet d’une famille qui devint la nation juive—le peuple choisi par Dieu. Il s’agissait là d’un peuple chargé d’une mission : Dieu leur destinait une tâche particulière.

Cette nation juive fut appelée Israël. Parmi ses chefs, nous pouvons citer Moïse, qui conduisit les enfants d’Israël hors d’Egypte ; David, un roi puissant ; les prophètes chargés d’annoncer le message de Dieu ; et bien d’autres encore. Nous pouvons suivre l’histoire de ce peuple, tout à fait spécial aux yeux de Dieu, dans l’Ancien Testament. Nombreux furent les Israélites qui obéirent à l’Eternel et qui participèrent à son Ïuvre.

La famille de Dieu dans le Nouveau Testament.

Lorsque Jésus, le Fils de Dieu, vint sur la terre, Il se rendit en tous lieux, faisant le bien. Partout ou Il allait, Il apportait réconfort, aide, guérison et pardon. Il était cependant destiné à accomplir une tâche plus grande encore, et dont nul ne pouvait se charger à sa place. Jésus versa son sang, offrant ainsi le parfait sacrifi ce pour le pêché. Les sacrifi ces d’animaux que Dieu réclamait dans l’Ancien Testament, avaient tous annoncé Christ. Après la venue de Jésus, ils ne furent plus nécessaires.

La mort de Jésus était en accord avec la volonté de Dieu car le Seigneur était venu afi n d’accomplir la volonté de son Père. Sa nourriture « est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son Ïuvre » (Jean 4.34). Et Il le fi t à la satisfaction de son Père. Dieu le ressuscita d’entre les morts ; Jésus passa encore quarante jours avec ses disciples puis Il remonta au ciel (Actes 1.3-9).

Quelle devait être la tâche des disciples du Seigneur aprés le départ de leur Maître ? Ces hommes le savaient ; Jésus le leur avait dit avant de les quitter. Ils devaient s’en aller dans le monde entier pour y prêcher l’évangile (Actes 1.8).

Le livre des Actes, dans la Bible, nous apprend ce que fut l’Ïuvre de ces hommes et de ces femmes, qui travaillèrent pour Jésus, après le départ du Seigneur. Certains d’entre eux l’avaient suivi alors qu’Il était sur la terre. Nous voyons par exemple deux de ses disciples, Pierre et Jean, monter au temple à l’heure de la prière ; là, ils rencontrent un mendiant. Ils n’ont point d’argent à offrir à ce dernier, mais Pierre lui ordonne de se lever, au nom de Jésus. Il le prend même par la main afi n de l’aider. Que fait le malheureux ? Il entre dans le temple, marchant, sautant et louant Dieu (Actes 3.1-10). L’Ïuvre de Jésus se poursuivit donc au travers de Pierre et de Jean. Beaucoup vinrent à Christ, et l’Eglise grandit

Dans ce même livre, il est question d’un autre serviteur de Dieu : l’apôtre Paul. Avant de comprendre le message de Christ, cet homme cherchait à détruire les chrétiens. Un peu plus tard, il devint cependant l’un des ouvriers les plus fi dèles de l’Eglise. Il se rendit dans de nombreux pays afi n d’y créer des communautés, poursuivant ainsi l’Ïuvre de Jésus.

La famille de Dieu à l’heure actuelle

L’Ïuvre de Jésus continue encore aujourd’hui, bien que prés de 2000 ans se soient écoulés depuis le retourdu Seigneur au ciel. Avant de les quitter, Jésus dit à ses disciples : « Allez dans le monde entier et prêchez la bonne nouvelle à toute la création » (Marc 16.15). Son ordre s’adresse aux chrétiens de toutes les générations. Il est par conséquent pour nous aussi.

La famille de Dieu continue à grandir tandis que beaucoup reçoive le message du salut de Dieu en Jésus-Christ, et l’acceptent. Les hommes et les femmes qui craignaient Dieu, dans l’Ancien Testament ; les croyants de l’Eglise primitive et ceux qui croient aujourd’hui sont tous enfants de Dieu ; ils font partie de la famille qui ne cesse de s’accroître.

Dieu s’adresse au monde par l’intermédiaire des siens. Jésus est au ciel, mais son Ïuvre sur la terre se poursuit. Elle continuera à le faire au travers de nous. Le message de vie, celui du salut par la foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, sera toujours proclamé car c’est là l’Ïuvre des chrétiens.

Nous savons que Dieu possède une famille, et qu’il en a été ainsi depuis la création d’Adam. Voyons maintenant quels sont ses espoirs et ses plans à l’égard de cette famille.

Etre à l’image de son Fils

Serez-vous surpris si nous vous disons que Dieu cherche à retrouver son image parmi ses enfants ? Romains 8.29 nous l’affi rme : « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils ».

Rien ne peut contribuer davantage à la joie d’un père que de constater, lorsqu’il se penche sur son fi ls encore bébé, que le petit visage de ce dernier est à l’image du sien. Le père voit que son enfant lui ressemble. Dieu veut que notre vie, nos désirs, soient à l’image des siens. Nous devrions nous efforcer de devenir justes et saints comme Il l’est lui-même. C’est alors que nous ressemblerons à son Fils.

Pourquoi Dieu veut-Il que nous soyons comme son Fils ? Il sait très bien que, si nous ne le sommes pas, jamais nous ne serons capables de poursuivre l’Ïuvre de Jésus sur la terre.

On raconte l’histoire d’un missionnaire qui s’était rendu dans un nouveau pays pour y annoncer l’évangile. Cet homme était persuadé que nul n’était jamais venu à cet endroit-là, et que l’on n’y avait pas entendu parler de Jésus. Il se mit donc à parler de la bonté de Jésus et de ses Ïuvres icibas. « Oh » dirent ceux qui l’écoutaient « Jésus est venu ici. Nous l’avons vu. » Le missionnaire savait fort bien que la chose était impossible. En écoutant discuter ces gens, il fi nit cependant par comprendre : un autre missionnaire avait travaillé dans le pays avant lui. Son comportement était tellement semblable à celui de Jésus que les gens avaient cru voir le Seigneur lui-même !

Nous devons ressembler au Fils de Dieu si nous désirons poursuivre son Ïuvre. Comment y parvenir ? En marchant avec lui, en parlant avec lui ; en lisant sa Parole et en obéissant à ce qu’elle nous dit. Nous devons également chercher à connaître la volonté du Seigneur et nous y conformer. C’est alors que nous parviendrons à sa ressemblance.

Porter l’évangile

Jésus nous a donné l’ordre de prêcher l’évangile dans le monde entier. Qu’est-ce que cela veut dire ? Premièrement, nous devons trouver des ouvriers qui veulent bien partir. Ensuite, il en faut d’autres qui prient pour eux tandis qu’ils se mettent en route. Il est essentiel d’avoir d’autres ouvriers encore, capables de soutenir fi nancièrement ceux qui sont allés prêcher l’évangile. Des Bibles et du matériel d’enseignement sont également indispensables, dans l’Ïuvre de Dieu.

Lorsque des églises sont créées, de nombreuses personnes deviennent nécessaires pour enseigner, prier, s’occuper des malades, consoler les affl igés. On aura également besoin de personnes capables de bâtir l’édifi ce et d’autres encore pour l’entretenir. Il y a donc une tâche en réserve pour tous ceux qui veulent bien travailler. Les chrétiens devraient accepter de se mettre à l’Ïuvre et d’accomplir leur tâche pour la gloire de Dieu.

Vivre éternellement auprès de lui

Laissez-moi vous parler d’une chose que Dieu a prévue pour sa famille. Pour un père, le moment le plus heureux est celui oû ses enfants rentrent à la maison. A la fi n de la journée, les parents accueillent avec joie le retour des leurs. Et même plus tard, quand les enfants ont grandi et ont quitté le foyer paternel, les parents désirent les voir et rester auprès d’eux.

Il en est de même pour Dieu. Dans Jean 14.2, Jésus nous dit ceci : « Il y a beaucoup demeures dans la maison de mon Père. . . . je vais vous préparer une place. » Dieu attend avec joie le jour où sa famille reviendra à la maison. Il sait que ce moment approche, aussi est-Il en train de tout préparer. La famille de Dieu sera réunie, au complet, pendant l’éternité.

Une chose merveilleuse se produira alors. Le Père distribuera des récompenses. Jésus dit même qu’il y aura une rétribution spéciale pour ceux qui auront souffert à cause de son nom : « Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux » (Matthieu 5.12).

Prochaine leçon