Article

Contribuer à la croissance des Chrétiens

L’éducation chrétienne est l’un des aspects importants du travail de l’Église. Elle nous aide à croître et à mûrir dans la foi. Elle contribuera en outre à vous former et à vous équiper afin que vous puissiez saisir toute occasion d’en instruire d’autres en vue de leur maturité chrétienne les rendant aussi conscients de la nécessité de recevoir un enseignement plus approfondi. L’interdépendance des croyants dans la communauté chrétienne est soulignée. Les nouveaux convertis ont besoin d’enseigner et de nourrir d’autres afin de grandir dans leurs propres vies.

Leçon 10 : Grandir dans l’Église

L’idée de Juan et de Maria est de créer pour Manuelle foyer idéal où l’enfant pourra grandir avant d’atteindre sa maturité. Ils désirent que durant sa croissance, leur fils puisse jouir d’expériences heureuses et mémorables, sachant aussi qu’il devra accepter un jour ses responsabilités d’adulte. Le temps ne saurait tarder où il devra choisir un métier, se fiancer à celle qui l’accompagnera dans la vie, élever des enfants et s’engager activement dans les affaires locales. Les parents constatent avec joie qu’au cours de son développement, Manuel a opté pour des activités et des intérêts qui reflètent un comportement assez mûr.

Comme eux, notre Père céleste tient à voir ses enfants s’identifier à un groupe de croyants, l’Eglise, afin de pouvoir être entourés, nourris, éduqués dans leur croissance spirituelle et, parvenus à la maturité, se montrer pleinement équipés en vue d’un service actif. L’église offre la formation nécessaire à la croissance du chrétien, et elle l’équipe aussi en vue du ministère.

Dans cette dernière leçon, vous allez étudier ce qu’est le ministère de l’église dans ce travail de formation. Vous découvrirez comment le contact avec une église peut vous aider à grandir jusqu’à la maturité spirituelle et vous donner ce qui est nécessaire pour en assister d’autres dans leur croissance.

L’EGLISE, UN LIEU OU L’ON EST ENTOURE

Objectif 1. Montrer de quelle manière la vie chrétienne se forme grâce au ministère d’une église locale.

Au sens le plus large, l’Eglise comprend l’ensemble des croyants qui ont reçu une vie nouvelle en Jésus. Le jour où vous êtes né de nouveau, vous avez reçu la vie de Jésus, et vous vous êtes, spirituellement parlant, uni à lui et à tous ceux qui, comme vous, partagent sa vie. Vous êtes ainsi devenu l’un des membres d’un corps spirituel qui est l’Eglise. Lorsque nous parlons de l’Eglise au sens qui lui est donné dans le Nouveau Testament, nous pensons à ceux qui se sont réunis pour suivre Jésus. L’ensemble des disciples de Christ est ainsi appelé correctement l’Eglise.

L’Eglise de Christ présente deux aspects différents; on a d’une part l’Eglise universelle et ensuite l’église locale. L’Eglise, au sens universel, est composée cie tous ceux qui goûtent à la vie de Christ parce qu’ils sont nés de nouveau. Elle a un caractère universel en étant formée de croyants de tous les pays du monde, au travers de tous les âges. L’église locale, elle, est une assemblée ou une congrégation qui se situe à un endroit précis où elle devient la manifestation de l’Eglise universelle. Sans elle, cette dernière ne pourrait trouver d’expression. L’église locale est, par conséquent, l’ensemble des rachetés qui se réunissent à un endroit donné afin de répondre au but et à la mission de l’Eglise universelle. Elle est le corps de Christ en un lieu précis.

Christ, Tête de l’Eglise, s’exprime sur la terre au travers de son Eglise. La mission de cette dernière est donc une prolongation de la sienne. Jésus a d’ailleurs demandé à l’Eglise de poursuivre l’oeuvre qu’il a commencée (Matthieu 28: 19-20; Marc 16: 15; Luc 24:46-49). Les assemblées locales, en faisant partie de l’Eglise universelle, se partagent une responsabilité dans l’accomplissement d’une telle mission. Chaque croyant a également son rôle à jouer. Ceux qui sont unis à Christ par la nouvelle naissance devraient entrer dans le corps en s’affiliant à un groupe de croyants locaux. C’est là que leur vie spirituelle peut être nourrie, qu’ils se développeront à l’image de Christ et trouveront les occasions de contribuer à la croissance spirituelle de leurs frères et soeurs. Les deux idées peuvent être résumées ainsi: les églises sont des endroits où les chrétiens peuvent être entourés, éduqués, enrichis.

Cette brève introduction à la nature de l’Eglise nous invite à considérer deux facteurs essentiels: 1) tout chrétien fait partie du corps universel de Christ et doit par conséquent s’identifier à la vie, au témoignage et à la communion fraternelle d’un groupe de croyants sur le plan local, et 2) la mission de Christ est aussi la nôtre. Le dessein du Seigneur est de racheter, parmi tous les peuples, un corps de croyants qu’il transformera à son image. Etant membres de son corps, nous avons reçu l’ordre de poursuivre sa mission, et il devient possible de le faire lorsque notre connaissance de la Parole s’accroît et que nous nous servons des dons spirituels qui nous ont été confiés. Le développement spirituel, qui se manifeste tandis que nous nous mettons à discerner la manière d’appliquer la Parole de Dieu aux situations de la vie courante, s’obtient également en témoignant auprès des inconvertis et en partageant ce que l’on a reçu avec des gens moins mûrs. Pour porter le plus de fruit possible, dans l’oeuvre de Christ, il est nécessaire de croître vers la maturité spirituelle.

Certains des points étudiés au cours de cette leçon appartiennent davantage à l’aspect universel de l’Eglise. Ici, nous allons nous concentrer sur son expression locale. L’un des rôles de toute assemblée locale est d’encourager la vie spirituelle des croyants afin de l’amener à sa maturité. Grâce à son ministère, l’église locale vous aidera toujours à croître spirituellement. Vous y découvrirez également d’abondantes occasions d’en assister d’autres dans leur croissance à l’image de Christ.

Quand le peuple de Dieu œuvre ensemble harmonieusement, dans le cadre d’une église locale, il est répondu aux besoins du corps en pleine croissance, et les inconvertis sont attirés à Christ. Mieux encore, les croyants dont le corps de Christ est formé sont entourés, édifiés et enfin équipés en vue d’un travail significatif au service de leur prochain.

Le ministère de la Parole de Dieu, dans l’église toujours, répond à deux objectifs, qui sont les suivants: 1) amener les inconvertis à la foi en Christ, et 2) encourager la foi des croyants, enseigner à ces derniers comment vivre de façon à plaire à Dieu et à le glorifier. Si un tel ministère peut s’exprimer de bien des façons, par l’enseignement, l’encouragement, l’avertissement et la correction, son but reste le même. Lorsqu’il s’agit d’encourager la vie spirituelle des croyants, il devient nécessaire de se soucier de deux choses: 1) il faut prévoir une formation conduisant à la maturité, et 2) il faut équiper les chrétiens en vue du service. Ce sont là les résultats de la prédication de la Parole de Dieu dans l’église.

Chacun reconnaît que l’instruction et l’entraînement sont deux parties vitales de l’éducation de l’enfant que l’on assiste dans sa croissance vers la maturité. Un enfant doit apprendre à s’habiller, à manger seul, à lire, à s’entendre avec d’autres, à maîtriser ses émotions, pour ne citer que quelques-unes de ses responsabilités. Les parents et le personnel enseignant collaborent afin de lui permettre de s’adapter à ces différents changements. De la même manière, l’église offre l’occasion d’exercer un ministère destiné à favoriser la croissance spirituelle et le développement conduisant à la maturité.

Du point de vue biblique, le but ultime de la croissance spirituelle est une vie à l’image de Christ. En grandissant, nous avançons progressivement vers la maturité spirituelle. L’un des signes de cette maturité est l’engagement au service de Dieu. En désirant ressembler au Seigneur, nous nous sentons poussés à le servir comme il a servi lui- même, et nous participons au développement spirituel de nos frères et soeurs. Un autre signe de cette maturité est la manifestation d’un discernement spirituel, d’un jugement et d’un caractère sains.

Au point où nous en sommes, il serait bon de retourner à ce que nous avons dit à la leçon 2 au sujet des différents besoins: six étapes du développement. Observez avec soin la progression entre la petite enfance spirituelle et la maturité. Remarquez en outre que l’on se développe en direction du service chrétien. Vivre en chrétien, ce n’est pas seulement écouter, mais faire aussi (Jacques 1:22). Ephésiens 4: 11-16 déclare que tous les enfants de Dieu sont destinés à accomplir des œuvres de service. Ces quelques versets nous enseignent que les dirigeants, dans l’église, sont appelés à équiper le peuple de Dieu en vue du service qui doit être rendu à leur Maître. Le verset 16 suggère en outre que le chrétien peut prouver sa maturité en Christ en prenant vraiment sa place au sein du corps de Christ d’où il tire sa force; à son tour, il donne de ses forces et partage ses dons en vue du bien et du développement des autres. Le corps de Christ parvient ainsi à se développer et à mûrir tandis que chacun de ses membres y exerce un service actif. Et l’église, par l’intermédiaire des membres et de leurs dirigeants, encourage la vie spirituelle de chacun en s’efforçant d’apporter ce qui est nécessaire à un service effectif. L’église, grâce à ce genre de ministère, informe ses membres de leurs responsabilités et les incite à se servir de leurs talents pour la gloire de Dieu; elle offre aussi les occasions de servir le Seigneur.

DEVELOPPEMENT DES MINISTERES

Objectif 2. Faire la distinction entre les structures appropriees au ministère et celles qui ne le sont pas, et dire pourquoi elles sont nécessaires.

Dans le but d’étendre leurs efforts d’évangélisation et leur ministère vers l’extérieur, les églises locales forment des programmes basés sur les principes du service chrétien dont nous avons déjà eu l’occasion de parler dans ce cours. Les programmes ainsi établis ont pour but de mettre en pratique ce que l’on croit tout en cherchant à atteindre les objectifs que l’on s’est fixés.

Les assemblées locales, dans leur désir d’établir des programmes qui conviennent, s’efforcent avant tout de répondre aux besoins spirituels de tous leurs membres, quels que soient leur âge ou leur développement. En donnant aux croyants les plus mûrs l’occasion de servir Dieu, elles leur permettent d’appliquer ce qu’ils ont appris en aidant leur prochain. Ce genre de ministère fournit l’aide nécessaire aux nouveaux convertis; il encourage l’exercice des talents qui commencent à émerger chez les croyants en pleine croissance, et favorise en outre le développement à l’image de Christ et la maturité chrétienne. Vu la diversité des besoins des chrétiens à tous les niveaux, il est indispensable d’offrir des programmes équilibrés et organisés selon chaque catégorie différente.

Le ministère de l’église locale, dans l’édification des chrétiens, trouve son équilibre en offrant tout un éventail de possibilités capables d’assister les croyants dans leur développement spirituel. L’église, à l’époque du Nouveau Testament, insistait sur l’évangélisation, l’enseignement, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière (Actes 2:41-42). Ces activités sont toutes indispensables à un développement spirituel complet. Les assemblées locales devraient, par conséquent, examiner leurs différents programmes et ministères afin de s’assurer qu’elles offrent ce dont chacun a besoin en établissant un équilibre entre les activités entrant dans les cinq domaines mentionnés plus haut. Les chrétiens pourront alors tirer avantage des services qui leur sont proposés.

2 Dans votre carnet, préparez un tableau semblable à celui dont vous avez l’exemple plus bas. A gauche de la page, citez les divers ministères offerts dans votre communauté locale, puis indiquez, dans les autres colonnes, ce qui est mis en valeur. Cherchez ensuite à analyser la situation afin de voir s’il y a un équilibre parfait entre toutes ces activités. Peut- être serait-il utile de prévoir quatre tableaux semblables: un pour les tout petits, un pour les enfants en âge scolaire, un autre pour les jeunes et enfin un dernier pour les adultes. Cet exercice vous permettra de déterminer si votre église offre à chacun un programme d’activités équilibré. (REMARQUE: L’idéal serait de voir toutes les églises organiser les activités nécessaires au développement de chacun, mais il faut avouer que, fréquemment, elles manquent de personnel. Les petites assemblées s’efforcent alors de combiner plusieurs programmes, à cause de ce problème justement. Nous devons toujours veiller à user de sagesse en questionnant ceux qui nous dirigent au sujet des méthodes avec lesquelles ils opèrent, car nous ne tenons pas à leur donner l’impression qu’ils sont critiqués. Le jour viendra sans doute où nous pourrons tenir compte, dans notre propre ministère, des suggestions données ici. En attendant, ce que nous savons concernant les programmes nécessaires à un ministère auprès des chrétiens en plein développement ne doit pas nous aveugler au point que nous manquions de charité à l’égard d’autres serviteurs de Dieu.

Fraction Programmes Evangélisatlon Enseignement Communion du pain Prière

Les congrégations étant formées de personnes de tous âges, allant des jeunes enfants aux adultes, il est nécessaire de prévoir des programmes équilibrés où l’on s’adresse à toutes les catégories. Les différents niveaux doivent être clairement établis. On séparera, par exemple, les enfants selon leur niveau d’instruction et leur âge; les jeunes étudiants seront également enseignés en tenant compte de ce qu’ils savent et de leurs réussites. Les églises où l’on opère de cette manière offrent une instruction aux enfants, aux jeunes et aux adultes. Dans d’autres, les groupes sont disposés selon les aptitudes scolaires, les intérêts et le développement spirituel de chacun. Prenons l’exemple de deux jeunes gens; le premier vient tout juste de terminer ses études dans une grande ville métropolitaine, et le second, un jeune paysan peu instruit, ne connaît pour ainsi dire rien en dehors de son petit village isolé; il est certain que les intérêts de l’un et de l’autre ne seront pas les mêmes. Et la manière dont ils s’instruiront sera affectée par la différence. Pensons aussi à deux adultes du même âge, mais dont la situation familiale est complètement opposée. Le premier s’est peut-être marié très jeune, a eu ses enfants tôt, et il fait maintenant face aux problèmes dus au conflit entre parents et adolescents. Le second s’est marié tard; ses enfants sont encore tout petits. Les intérêts de ces deux hommes ne correspondent donc pas. Pour répondre aux besoins de l’ensemble de ses membres, une église doit donc prévoir un travail d’instruction à tous les niveaux. Elle dispensera un enseignement à des groupes ayant des caractéristiques communes, ce qui facilitera le développement spirituel de chacun.

3 Examinez l’enseignement qui est donné dans votre église. A-t-on prévu des classes ou groupes à des niveaux différents? Existe-t-il parmi les membres des besoins auxquels le programme de l’église ne répond pas? Que pourrait-on faire pour remédier à une telle situation? Pouvez-vous suggérer un ou deux changements possibles? Relevez vos observations dans votre carnet en pensant à la REMARQUE faite à la question 2.

4 Supposez que vous vous rendiez à l’église dans une certaine ville, un dimanche matin. En pénétrant dans le sanctuaire, vous vous apercevez que l’on est en train d’étudier la Bible ensemble et que la congrégation,
à l’écoute d’un moniteur, est composée d’enfants, de jeunes et d’adultes. Les parents, vous le remarquez, essaient de faire taire leurs enfants. Des adolescents chuchotent occasionnellement entre eux et plusieurs adultes laissent promener leurs regards sans s’intéresser à ce qui se dit. Le moniteur s’interrompt de temps à autre pour poser des questions; quelques adultes participent à la discussion. Dans votre carnet, dites ce que vous feriez: I) pour que davantage d’auditeurs participent à l’étude, 2) pour susciter l’intérêt de chacun, 3) pour résoudre le problème de discipline et 4) pour créer des situations où les différents membres de la congrégation puissent s’instruire.

Un programme offrant diverses activités et particularités doit être organisé. Des recherches ont prouvé que les tâches importantes s’accomplissent plus facilement lorsqu’on les répartit de manière systématique entre plusieurs; telle est la nature de tout effort d’organisation. L’organisation contribue au bon fonctionnement d’une entreprise lorsque les tâches similaires sont groupées sous la direction de quelqu’un qui est spécialisé dans l’un des aspects de l’ensemble du travail. Un système fournit le cadre dans lequel les activités se produiront; il lie entre el1es les diverses parties du programme en créant un tout bien coordonné. Un plan favorise également la communication entre les groupes et leurs dirigeants; il définit la relation entre les différentes parties et, plus encore, précise l’étendue des responsabilités en établissant ceux qui exercent une certaine autorité et ceux sur lesquels cette autorité s’exerce.

Les églises où l’on se soucie de la croissance des membres comprennent une variété d’activités qui invitent à un effort d’organisation afin de parvenir au but souhaité. El1es doivent aussi veil1er à ce qu’aucun aspect important de l’oeuvre ne vienne empiéter sur un autre.

On peut avoir des modèles d’organisation présentés sous forme de tableaux où le système de communication apparaît à la fois verticalement et horizontalement. Ce genre de tableau montre en outre où se situe une tâche donnée par rapport à l’ensemble du programme, quels sont ceux qui sont chargés d’une responsabilité et ceux qui occupent une position subalterne. Ceux dont la responsabilité est la plus importante se trouvent au sommet, évidemment. Voici un exemple de ce genre de tableau, dans l’église:

PASTEUR RESPONSABLE DE LA JEUNESSE

PASTEUR ASSOCIE

RESPONSABLE DE L’EDUCATION CHRETIENNE

DIRECTEURDE LA CHORALE

Une organisation de ce genre est structurée en groupant les tâches similaires. Dans un programme d’église, on réunit habituellement les ministères correspondants, ou les groupes répartis selon l’âge des participants. Dans le premier cas, la structure selon les ministères correspondants prévoit quelqu’un à la tête de l’ensemble d’un programme particulier comme celui de l’Ecole du Dimanche ou des activités prévues pour les enfants au moment des vacances. Lorsqu’on s’organise selon l’âge des participants, les activités sont toutes groupées autour d’un certain âge; une personne supervise ce qui se fait dans chaque groupe. Les deux systèmes sont utilisés dans les églises locales.

L’assemblée locale permet donc aux divers ministères de s’exprimer sur une vaste échelle. Grâce à sa structure et son organisation, elle peut répondre aux besoins généraux des croyants en pleine croissance, et le faire de manière fructueuse. D’un autre côté, les groupes de partage, eux, peuvent répondre aux besoins de ceux qui ont plus ou moins le même âge, les mêmes intérêts, des emplois similaires, et cela de manière tout à fait personnelle, sans aucune cérémonie. Les deux genres de ministères se complètent l’un l’autre.

FORMATION EN VUE DU MINISTERE

Objectif 3. Reconnaître les principes bibliques sur lesquels on s’appuie lors de la formation et du développement des ministères chrétiens.

Il est absolument vital de donner une formation à ceux qui joueront un rôle à la tête des divers ministères d’édification de l’église. Vous avez déjà découvert que les chrétiens devaient tous prendre une part active au service de Dieu. Dans le Nouveau Testament, les mots service et ministère viennent tous deux du même mot grec; ils ont le même sens. Il est regrettable de constater qu’au travers de I’histoire de l’Eglise, on s’est mis à établir une distinction artificielle entre ceux qui exercent un ministère. dans l’église, et les Laïques. L’idée fausse selon laquelle seuls les pasteurs consacrés peuvent avoir une responsabilité est commune, mais on ne la trouve pas dans le Nouveau Testament. Selon les Ecritures, tout croyant a la responsabilité de servir le Seigneur.

Dieu a placé certains dirigeants dans son Eglise, et il leur a confié la tâche de former et d’équiper le reste du corps en vue du service. Ceci est enseigné clairement dans Ephésiens 4: Il et 12. Les saints, c’est-à- dire l’ensemble du peuple de Dieu, doivent accomplir les oeuvres du ministère tandis que les apôtres, prophètes, évangélistes et pasteurs- docteurs sont là pour les préparer (les former, les équiper).

Peut-être avez-vous éprouvé quelque sentiment de crainte ou d’insuffisance lorsque vous avez été confronté à cette idée pour la première fois. De nombreux chrétiens en font l’expérience. Ce que vous avez ressenti était une prise de conscience de la formation qui vous était nécessaire, car vous estimiez être mal équipé face à une telle tâche. C’est la raison pour laquelle Dieu nous a donné des dirigeants. En vous laissant instruire par des hommes à la maturité certaine, dans l’église, vous voyez croître en vous le désir de servir Christ et d’aider les autres à venir à lui, à le refléter toujours davantage.

Dieu s’est occupé de l’équipement initial dont tout chrétien a besoin dans son ministère, et il l’a fait au travers du Saint-Esprit qui donne à chacun des membres de l’Eglise ce qui lui permettra d’accomplir des oeuvres de service. La présence du Saint-Esprit dans l’Eglise et dans la vie du croyant donne à l’une comme à l’autre la puissance nécessaire à une vie et un service fructueux. Dieu a en outre donné à chacun un ou plusieurs dons spirituels afin de l’équiper pour un ministère au sein du corps de Christ. Quatre passages du Nouveau Testament déclarent que les chrétiens ont tous reçu ce qui est indispensable à des oeuvres de service: Romains 12:3-8; I Corinthiens 12: 1-11; Ephésiens 4: 11-16 et 1 Pierre 4: JO-Il. Si les membres reçoivent tous un ou plusieurs dons, ces derniers ne sont pas les mêmes pour chacun. Toute une variété a été distribuée parmi les membres du corps, chaque don venant compléter les autres. Et lorsqu’ils sont tous exercés, le corps fonctionne harmonieusement.

L’un des aspects principaux de la responsabilité de l’église, dans la formation de ses membres en vue du ministère, consiste à aider les gens à découvrir leur don (ou leurs dons). Si un chrétien n’est pas conscient de celui qui lui a été attribué, comment peut-on l’aider à découvrir les oeuvres que Dieu a préparées pour lui? Un excellent point, au tout début, est le désir de travailler pour le Seigneur, de se sentir fasciné par un certain aspect du service ou encore de se laisser attirer par une certaine tâche. Il arrive que ceci se manifeste alors que la personne s’identifie à d’autres, déjà engagés au service de Dieu dans ce domaine particulier, et qu’elle en tire un sentiment de contentement. Lorsqu’on est ainsi attiré par un aspect particulier du service chrétien, il devient nécessaire de chercher les occasions d’y participer. Et si c’est vraiment là le don de Dieu, on éprouvera une satisfaction en ayant réellement l’impression d’avoir accompli quelque chose. D’un autre côté, ce même exercice permettra de discerner le genre de tâche auquel on n’est pas appelé. Découverte excellente! La meilleure indication est évidemment le fait que des chrétiens plus mûrs soient capables de reconnaître le don du chrétien en cause. En voyant de quelle manière le don est utilisé, l’esprit dans lequel on l’exerce, les résultats spirituels obtenus, ils peuvent souvent discerner s’ils ont sous les yeux le début d’un ministère oint du Saint-Esprit. L’Esprit en eux rend témoignage à l’authenticité du don. Ils peuvent alors encourager la personne à employer son don, exactement comme le faisait Paul en s’adressant à Timothée (2 Timothée 1:6). L’une des façons essentielles d’aider les chrétiens à s’engager dans le ministère est donc, répétons-le, de leur permettre de découvrir le don que Dieu leur a attribué.

Découvrir un don n’est cependant pas suffisant. Les dons nous parviennent sous forme de paquet; ils ne sont pas pleinement développés, mais doivent l’être par l’exercice. Le musicien le plus doué sait qu’il doit s’entraîner pendant des heures et des heures s’il veut voir s’épanouir le don qui est en lui. C’est la raison pour laquelle l’église a le devoir d’entourer les croyants, de les assister; ses dirigeants passent une grande partie de leur temps et consacrent beaucoup d’énergie à la formation de ceux de leurs membres qui seront un jour au service de Dieu. En aidant les gens à développer leurs dons, l’église, par l’intermédiaire de

PERSONNEL NECESSAIRE AUX DIFFERENTS MINISTERES

Objectif 4. Montrer quels sont les rôles respectifs des pasteurs et de ceux qui enseignent (‘ ‘docteurs’ ‘) en établissant la différence entre les tâches qui appartiennent exclusivement aux premiers, aux seconds, à tous ces serviteurs de Dieu et enfin à l’ensemble des croyants.

Pour qu’une église locale puisse exercer un ministère fructueux auprès de ceux dont elle s’occupe avec un soin particulier, il lui faut des dirigeants compétents et vraiment consacrés. Tout groupe ayant un programme précis doit aussi être conduit par une personne consacrée à sa tâche. Les communautés locales ont, par conséquent, toutes besoin d’un certain nombre d’hommes et de femmes capables de se charger de leurs différents programmes. La Bible mentionne deux classes de dirigeants qui sont: I) les pasteurs et 2) les “docteurs” ou personnes chargées d’enseignement. Sans minimiser le travail de qui que ce soit, nous nous arrêterons plus précisément au rôle de ces hommes dont il est parlé dans les Ecritures.

Les pasteurs sont le ministère-don que Dieu a spécialement offert à l’Eglise. Ils ont généralement reçu une formation spéciale afin d’être bien préparés à leur travail. La majorité de leur temps est souvent consacrée au ministère, et ils portent la responsabilité de la direction spirituelle dans chacun des aspects de I’œuvre de leur église, que ce soit sur le plan général ou plus particulièrement dans le cadre des soins vigilants dont nous avons parlé.

En lisant une fois encore Ephésiens 4: Il et 12, vous remarquez qu’il y a une relation étroite entre les pasteurs et docteurs. Dans le grec original du Nouveau Testament, la grammaire de ce passage laisse suggérer que les deux fonctions peuvent être combinées en une seule et même personne. Ces rôles représentent deux fonctions différentes et pourtant liées au point d’être remplies, dans l’église, par les mêmes personnes. Et pour bien montrer cette association êtroite, on parle parfois des pasteurs-docteurs.

La fonction pastorale consiste à veiller sur le troupeau. On compare souvent le pasteur à un berger qui s’occupe de son troupeau et l’entoure de ses soins. L’enseignement, lui, consiste à s’occuper aussi des gens, à les former, les instruire, contribuer à leur développement. Les deux idées ne sont donc pas très éloignées l’une de l’autre. Le berger conduit ses brebis dans des pâturages où l’on trouve en abondance une riche nourriture et une eau fraîche. Le docteur leur enseigne la Parole de Dieu, qui est une nourriture spirituelle, et les conduit vers Jésus, lui-même eau de la vie. Le pasteur chargé d’enseignement a une responsabilité; il doit veiller sur sa congrégation, en prendre soin en enseignant et en formant ses membres en vue d’un service fructueux et d’une maturité finale. L’enseignement est un aspect essentiel de l’office pastoral.

Les chrétiens regardent à leur pasteur pour être enseignés. Ils devraient recevoir ses conseils, ses instructions, et y attacher une grande valeur. Parmi ses prédications, beaucoup seront chargées d’enseignement, et comme il passe une grande partie de son temps à se préparer à enseigner ses auditeurs, ceux-ci devraient apprendre à respecter et à protéger ses heures d’étude qui forment l’un des aspects extrêmement importants de son travail et de son ministère.

Le travail du pasteur comprend la surveillance des différents ministères dans l’église. Et tout ce qui touche au domaine de l’édification des chrétiens entre dans cette catégorie. Il pourra confier des tâches précises à ceux qui se chargeront d’une partie du programme, mais il les guidera dans la direction générale à suivre. Dans ce rôle-là, il fonctionne comme s’il était le maître principal parmi un groupe de collègues; il veille à ce que les activités prévues pour l’instruction et l’édification des membres se déroulent normalement, et en de nombreuses occasions, c’est lui qui se charge d’enseigner.

Selon le passage d’Ephésiens lu plus haut, il est donné aux pasteurs la responsabilité précise d’enseigner le peuple de Dieu et de le préparer en vue de l’œuvre du service. Les pasteurs sont surtout chargés d’équiper leurs frères et sœurs afin que le corps de Christ soit édifié dans la connaissance, l’unité de la foi et la maturité en Christ. La formation des futurs dirigeants et le développement des ministères sont aussi une partie importante de leur tâche. Le pasteur devrait, en fait, fonctionner comme un aîné au milieu d’un groupe de collaborateurs. Sa tâche particulière consiste à reconnaître et à développer les futurs dirigeants, et à former, à équiper le peuple de Dieu en vue de son service. Pour cela, il doit aider les gens à découvrir la place qui leur a été attribuée et où ils peuvent développer et exercer leurs dons à la gloire de Dieu et pour l’édification de son corps. En fait, c’est là la tâche sublime du pasteur. Façonner des hommes riches en possibilités, avec l’aide de Dieu, les équiper afin qu’ils s’ engagent à son service est une responsabilité sérieuse et une merveilleuse possibilité. Jésus avait su mettre à part quelques hommes choisis au sein des masses qui le suivaient. Dans la multitude, il en choisit douze afin de les former. Paul fit de même en s’entourant d’hommes spécialement désignés pour être formés en vue du ministère. Timothée en est l’exemple par excellence. Nous avons donc là l’une des tâches particulières du pasteur chargé d’enseignement.

Si le pasteur est l’enseignant principal dans le cadre de l’église, il ne doit cependant pas rester seul. Les différents aspects du programme exigent que de nombreuses personnes s’engagent dans ce même genre de travail. Dieu a d’ailleurs préparé ceux qu’il juge capables d’enseigner

et qui répondent à un tel besoin. Toute église locale devrait faire l’effort de choisir ceux qui ont reçu le don de l’enseignement. C’est là un important ministère accompagné d’une énorme responsabilité (Jacques 3: I). Ceux qui enseignent devraient reconnaître l’importance de leur tâche, car il leur est donné l’occasion d’influencer la destinée éternelle de beaucoup.

Parmi ceux qui enseignent et prennent part aux diverses activités de l’église, nombreux sont ceux qui n’ont pas reçu l’instruction poussée qu’ont en général les instituteurs ou professeurs, dans nos écoles. Ceci ne semble d’ailleurs pas nécessaire; par contre, ce qu’il leur faut, ce sont les qualifications indispensables qui leur permettront de communiquer effectivement la vérité à leurs élèves. Comme une grande partie de l’enseignement donné à l’église est destiné à aider les gens à croître spirituellement, ceux qui le dispensent doivent être vivants, en pleine croissance, et connaître les richesses des Ecritures. En plus de l’expérience de la nouvelle naissance, ils doivent jouir d’une communion dynamique et constante avec Dieu et être remplis du Saint-Esprit. Leur comportement devrait refléter la qualité de vie offerte par Jésus, car ils sont appelés à devenir les modèles de la vie en Christ.

Les enseignants consacrés se caractérisent par la manière dont ils croissent dans la grâce, selon l’exhortation qui nous est faite (2 Pierre 3: 18) et par leur facilité à communiquer la vérité de l’Evangile (2 Timothée 2: 15). Ils ont un vif appétit pour la Parole de Dieu et pour le ministère. Cela ne signifie pas qu’ils soient obligés de savoir tout ce que l’on doit connaître en la matière; personne n’en est probablement capable. Il faut cependant qu’ils possèdent à fond certains enseignements bibliques de base. Ils doivent apprendre à sonder ce que nous dit la Parole de Dieu et voir comment l’appliquer à la vie quotidienne. Ces mêmes chrétiens chargés d’enseigner, dans l’église, devraient comprendre dans une certaine mesure la nature humaine et le caractère psychologique de ceux qui les écoutent. Il leur faut saisir certains faits fondamentaux concernant l’enseignement, et comment appliquer leurs connaissances en s’adonnant à ce genre de travail. Paul enseignait à Timothée que de tels serviteurs de Dieu devaient être des hommes fidèles, capables d’enseigner les autres (2 Timothée 2:2).

Peut-être songez-vous à un ministère d’enseignement dans votre église locale, persuadé que Dieu vous a accordé un tel don. Si c’est le cas, efforcez-vous de développer ce don, de l’exercer toutes les fois où l’occasion vous en est offerte. Vous pouvez vous préparer à un service plus fructueux en cherchant à en apprendre davantage dans les différents domaines dont nous avons parlé précédemment. Dans ce cours, j’ai essayé de suggérer plusieurs des choses qui en ont aidé d’autres à développer leurs aptitudes et les connaissances nécessaires à un ministère où ils puissent vraiment édifier leurs frères et soeurs. Je souhaite que de telles suggestions vous dirigent aujourd’hui dans vos efforts et que, dans l’avenir, vous puissiez continuer à voir s’épanouir les talents reçus de Dieu.

Le fait que vous soyez arrivé au bout de ce cours prouve bien que vous avez acquis les aptitudes fondamentales indispensables à un ministère aussi passionnant. J’aimerais maintenant vous encourager à vous servir de ce que vous avez acquis. Cela vous permettra de grandir spirituellement et d’en aider d’autres à croître à l’image de Christ.