Article

Contribuer à la croissance des Chrétiens

L’éducation chrétienne est l’un des aspects importants du travail de l’Église. Elle nous aide à croître et à mûrir dans la foi. Elle contribuera en outre à vous former et à vous équiper afin que vous puissiez saisir toute occasion d’en instruire d’autres en vue de leur maturité chrétienne les rendant aussi conscients de la nécessité de recevoir un enseignement plus approfondi. L’interdépendance des croyants dans la communauté chrétienne est soulignée. Les nouveaux convertis ont besoin d’enseigner et de nourrir d’autres afin de grandir dans leurs propres vies.

Leçon 7 : Savoir enseigner

Manuel aime aller à l’école; pour lui, les leçons sont un vrai jeu. Au début, il lui était simplement demandé d’apprendre l’alphabet, de reconnaître toutes les lettres, de compter jusqu’à 10 et d’épeler son nom. Maintenant, les tâches sont un peu plus difficiles, et le petit garçon commence à lire, épeler, écrire et résoudre divers problèmes d’arithmétique.

Maria, en se rendant à une rencontre pour parents, découvre que son fils est un bon élève; la raison, elle la connaît. L’institutrice du petit Manuel, Mademoiselle Gonzalès, dirige bien les enfants dans leurs études. Elle sait comment rendre les leçons intéressantes, stimulantes et fructueuses.

Les faits bibliques peuvent aussi être étudiés lorsqu’on a quelqu’un qui sait enseigner. En dirigeant une étude biblique, cette personne-là doit conduire ses auditeurs à fouiller les Ecritures, déterminer l’implication d’un verset, d’un passage, et rendre l’application du texte possible.

TACHE DE L’ENSEIGNANT

Dans notre dernière leçon, nous avons examiné ce qu’est une vie de plénitude basée sur la foi. Une telle plénitude, nous l’avons dit, se développe au fur et à mesure que nous amassons des connaissances bibliques avec, parmi elles, de nombreux faits essentiels et bien des vérités doctrinales profondes. Ce qu’est la nourriture pour notre corps physique, la vérité biblique l’est pour notre vie spirituelle. En fait, elle est la source de notre foi (Romains 10: 17). Nous avons vu cependant que pour être sain et complet sur le plan spirituel, il est nécessaire d’appliquer de telles connaissances à la vie quotidienne. En nous enrichissant sur le plan des connaissances et en appliquant ces dernières de manière consistante, nous développons un style de vie caractérisé par la foi.

210

page4image232537856

SA VOIR ENSEIGNER

Quelle est la valeur d’une croissance dans la foi? Remarque-t-on une différence lorsque nous nous développons spirituellement, mûrissons dans la foi et apprenons à connaître de nombreux faits bibliques? Ce développement est-il une fin en soi? Ce n’est certainement pas là le but de la maturité chrétienne car nous ne sommes pas destinés à vivre dans l’isolement. Il nous est demandé de grandir dans la grâce (2 Pierre 3: 18), de devenir des ouvriers qui dispensent avec droiture la Parole de vérité (2 Timothée 2: 15), de nous montrer prêts à répondre à quiconque nous demande raison de l’espérance qui est en nous (I Pierre 3:15). Nous sommes sauvés afin d’être au service des autres, au sein du corps de Christ, en particulier de ceux qui sont encore de petits enfants dans la foi. Les expériences de notre croissance associées à notre connaissance de la Parole de Dieu nous rendent capables d’enseigner les autres et de fortifier le corps de Christ en contribuant à son expansion.

A la leçon 6, nous avons examiné la méthode informelle d’assister d’autres croyants dans leur croissance spirituelle. Nous avons parlé du fait que l’on s’instruit en grande partie chez soi et dans son entourage par un processus naturel (la socialisation), et que l’on apprend dans le milieu spirituel à vivre la vie en Christ en imitant les attitudes et le comportement de chrétiens plus murs. Nous avons aussi parlé de l’importance du développement de notre propre caractere si nous voulons devenir le genre de personne que d’autres auront envie d’imiter.

Nous allons maintenant examiner un enseignement plus formel et vous verrez, dans cette leçon, comment la vérité biblique peut être enseignée dans le cadre d’une classe, selon des données pédagogiques.

Définition de la tâche

Objectif I. Savoir expliquer correctement ce que comporte la tâche de celui qui enseigne, puis dire pourquoi un changement doit se manifester chez l’élève.

Enseigner, nous l’avons vu, ce n’est pas simplement communiquer des faits. Ce n’est pas seulement parler, raconter, car on peut raconter une histoire, citer des faits, décrire des événements ou expliquer une chose sans pour autant apporter un enseignement réel. Si les auditeurs n’apprennent rien, ils n’ont pas été enseignés avec succès. Nous sommes obligés d’analyser ici le problème. Celui qui enseigne n’a-t-il pas su communiquer efficacement par manque de méthode? A-t-il fait appel à l’un des sens uniquement, oubliant d’enrichir l’instruction de ses élèves en laissant de côté la vue, l’ouïe, les occasions de partager, d’apporter sa contribution? Le proverbe: “Le marchand n’a pas réussi à vendre quoi que ce soit avant que son client n’ait acheté la marchandise” est approprié lorsqu’on parle d’enseignement. Si, par exemple, l’élève n’a rien pu apprendre, c’est que l’enseignement a été défectueux. On ne se contente pas de donner un cours ou d’enseigner une leçon en assumant que les auditeurs s’instruiront automatiquement. Enseignement et instruction sont tellement liés l’un à l’autre qu’aucun des deux ne peut être efficace si l’autre ne l’est pas. La vérité ne doit pas être dispensée de façon insipide; elle ne peut non plus être imposée à “l’élève”. Celui-ci ne peut être contraint d’apprendre. Comment donc peut-on remplir la tâche de manière satisfaisante?

Il est nécessaire de revenir ici sur un point déjà mentionné plus haut: pour que l’expérience porte du fruit, celui qui cherche à s’instruire doit s’emparer du matériel étudié et découvrir la vérité pour lui-même. Aucun

enseignant ne peut le faire à sa place. La vérité peut cependant être découverte sous la direction d’un maître. La tâche de ce dernier consiste dès lors à faciliter le travail de celui qui apprend. “L’élève” doit intégrer les données nouvelles à ce qu’il sait déjà, voir ce qu’elles signifient pour lui, les mettre en pratique dans sa propre vie et permettre à cette dernière de s’harmoniser avec la vérité dans laquelle il vient d’entrer. C’est la raison pour laquelle nous disons qu’un changement est indispensable. L’enseignant devient alors l”’agent” d’une telle transformation, et celle- ci se manifeste au niveau de l’attitude, des valeurs, du comportement, ce qui permet de constater si l’auditeur s’est réellement instruit ou pas.

SA VOIR ENSEIGNER

L’élève et celui qui l’enseigne jouent tous deux un rôle important

dans ce processus. Le tableau ci-dessous est là pour l’illustrer.

RESPONSABILITES DE CELUI QUI ENSEIGNE

Motiver l’interaction, stimuler la curiosité, organiser le matériel

Guider dans la découverte, prescrire les activités appropriées

Poser des questions en relation avec la vie quotidienne, donner des exemples et proposer des problèmes

Soutenir, suggérer, corriger, prier, faire confiance à Dieu

RESPONSABILITES DE L”‘ELEVE”

S’emparer des données étudiées

Découvrir la vérité pour soi-même

Appliquer la vérité à sa propre vie

Créer l’harmonie entre la vérité et sa propre vie

Pour celui qui enseigne, la tâche consiste donc à créer un environnement dans lequel on parvient à s’instruire, motiver l’élève en l’encourageant à l’étude et le guider dans sa découverte. fi faut également donner une structure à tout ce qui peut favoriser l’instruction, et prévoir des activités qui mettront l’élève en présence du matériel à étudier; on doit enfin prévoir des expériences qui aboutiront à un changement. Pour aboutir au changement, c’est-à-dire permettre à l’élève de parvenir au niveau souhaité par son maître, celui-ci doit: 1) déterminer ce que le premier sait déjà (au moyen d’un simple questionnaire préalable), 2) préciser ses objectifs, 3) annoncer des activités capables de conduire à de tels objectifs, et 4) évaluer les progrès de la personne.

ALLER A LA DECOUVERTE EN ETUDIANT LA BIBLE

Définition de ce que l’on entend par découverte, dans l’étude de la Bible

Objectif 2. Savoir expliquer ce qu’est la méthode qui consiste à aller à la découverte de la vérité en étudiant la Bible.

En comprenant toujours mieux comment contribuer à la croissance des chrétiens selon des méthodes différentes, il serait utile que vous vous mettiez parfois à la place de ceux qui cherchent à s’instruire afin de voir comment toute expérience progressive les affecte. Préféreriez-vous par exemple un travail auquel vous devriez participer activement ou sauriez- vous vous contenter d’écouter passivement ce que d’autres ont préparé? En devenant un participant actif, vous pouvez jouir du fruit de votre travail personnel; si vous êtes simplement un auditeur passif, vous jouissez du travail d’un autre. Cela veut dire également deux choses: ou vous réfléchissez vous-même, ou vous laissez les autres réfléchir à votre place. Sans doute avez-vous eu l’occasion, comme moi d’ailleurs, de jouir du résultat d’un accomplissement personnel. Si c’est le cas, vous serez d’accord pour dire qu’il existe peu d’expériences aussi satisfaisantes.

Peut-être avez-vous déjà vécu un moment passionnant où une vérité nouvelle s’est offerte à vous. Avant ce jour, vous ne la connaissiez pas; maintenant, vous ne pouvez plus l’oublier. Vous avez découvert la vérité! Et de tels moments sont particulièrement exaltants lorsqu’on étudie la Bible. La découverte personnelle de la vérité de Dieu révélée dans la Bible est une merveilleuse expérience.

Découvrir une vérité signifie que l’on prend connaissance pour la première fois d’une proposition qui a toujours existé. Nous l’ignorions, mais elle nous apparaît soudain dans sa pleine lumière. Nous n’inventons rien; la vérité était là et nous commençons à la percevoir. La vérité divine a toujours été présentée à notre intention dans la Bible. La tâche de celui qui étudie le Livre saint est d’en faire la découverte, non de l’inventer.

Etudier la Bible de cette manière permet donc premièrement de mettre en lumière une vérité révélée par Dieu, et de l’appliquer à sa propre vie. On se met au travail en assumant que cette vérité est là pour que l’on y obéisse. Elle n’est pas simplement un ensemble de faits qu’il est indispensable de connaître; mise en application, elle devient le témoignage vivant de la puissance dynamique et de la vitalité de la vie chrétienne. Celui qui étudie cherche dès lors activement les choses révélées par Dieu, la manière dont elles s’appliquent à lui personnellement, et comment il peut les mettre en pratique dans sa vie. En étudiant la Bible dans le but d’une découverte, on s’occupe personnellement de sonder les Ecritures afin d’apprendre ce que Dieu

SA VOIR ENSEIGNER

y révèle, et on agit ainsi en étant poussé par le désir d’obéir à Dieu. C’est ce que faisaient les chrétiens de Bérée; ces gens examinaient les Ecritures afin de pouvoir répondre à la vérité de manière appropriée (Actes 17: Il).

En allant à la découverte, dans l’étude de la Bible, nous sommes d’abord mis en face de nos véritables besoins spirituels (souvent très différents de nos intérêts courants et de nos obejctifs terrestres qui ne sont autres que les besoins de notre vie quotidienne). Ensuite, nous sommes mis en face de la perspective de Dieu concernant les valeurs éternelles, et nous voyons comment nous pouvons lui plaire en prenant part à ce qu’il a préparé pour nous. Troisièmement, en étudiant de cette manière, nous sondons activement la Parole du Seigneur afin de posséder à fond ce qu’elle nous dit et créer une harmonie entre ses enseignements et notre vie de tous les jours. Quatrièmement, toujours grâce à cette méthode, le chrétien apprend à présenter à Dieu ses besoins personnels les plus profonds; il commence à explorer les questions vitales de l’existence à la lumière de la révélation divine et se met à vivre en accord avec le plan de Dieu et la révélation de sa volonté. Un tel travail débute à un niveau tout à fait élémentaire où l’on apprend les doctrines fondamentales pour les mettre ensuite en pratique. Les années passent et cette étude devient de plus en plus passionnante au fur et à mesure que s’ouvrent des perspectives nouvelles. Le Saint-Esprit nous emmène progressivement d’un niveau de foi à un autre tandis que s’affermit notre expérience spirituelle.

Peut-être vous demandez-vous si vous avez passé au niveau d’une maturité spirituelle où vous pouvez entrer dans la révélation de la vérité divine telle qu’elle apparaît dans la Bible. Avant d’avoir reçu votre vie nouvelle en Christ, sans doute aviez-vous appris que seuls les pasteurs consacrés, les prêtres ou autres hommes religieux spécialement formés à cet effet avaient reçu cette autorité spirituelle extraordinaire qui permet de comprendre la Bible. N’oubliez cependant jamais les capacités divines dont Dieu nous a fait don afin que nous puissions comprendre sa Parole.

Deux passages de Jean (14:26 et 16:13) nous rappellent que le Saint- Esprit est là pour aider tous les chrétiens, par conséquent vous aussi, à comprendre la vérité divine. Sachez également que l’Auteur divin, après avoir guidé à l’origine la révélation de la vérité, est devenu votre Maître; il est maintenant votre Guide tandis que vous allez à la découverte dans sa Parole (2 Pierre 1:19-21). Si vous désirez grandir spirituellement, il est essentiel que vous étudiez la Parole dans le but d’entendre ce que Dieu y déclare. Cette vérité, vous devez ensuite la mettre en pratique dans votre propre vie; c’est ainsi seulement que vous parviendrez à mûrir. Personne ne peut le faire à votre place. Si vous désirez en aider d’autres à se développer vers la maturité spirituelle, vous devez par conséquent apprendre à découvrir pour vous-même la vérité biblique, et vous devez aussi savoir comment conduire vos frères et soeurs à s’en emparer de la même manière.

Comment aller à la découverte en étudiant la Bible?

Objectif 3. Remplir correctement les tableaux où il est montré comment étudier la Bible en allant à la découverte.

L’ordre dans lequel on franchit les différentes étapes détermine l’approche que l’on adopte. Dans le but de notre étude, nous examinerons deux solutions possibles: l’approche systématique et l’approche selon les besoins de la vie quotidienne. Voici comment nous illustrerons l’approche systématique.

Vous commencez par sonder les problèmes de la vie quotidienne après avoir établi vos besoins et vos intérêts personnels. L’étape suivante consiste à chercher dans la Bible les enseignements capables d’y répondre et d’apporter une solution à un problème particulier. Vous créez ensuite une relation entre votre besoin et ce que vous avez découvert en étudiant la Bible, et vous avez ainsi une base sur laquelle trouver la solution. L’étape finale consiste à appliquer les conclusions auxquelles vous avez abouti.

La différence entre ces deux approches est la suivante: d’une part vous mettez en avant vos besoins et avancez dans la perspective de Dieu ou, d’un autre côté, vous étudiez la Parole de manière systématique afin de voir comment elle répond aux problèmes de votre vie. Les deux approches sont valides et peuvent avoir leur utilité. L’approche systématique permet peut-être de mieux connaître le passage étudié, mais elle n’apporte pas tout l’enseignement des Ecritures sur une question donnée. Lorsque les besoins sont mis en avant, on est obligé de consulter une variété plus grande d’enseignements bibliques, mais il devient alors possible de négliger d’autres vérités divines que l’on pense ne pas être en rapport avec le problème en question. C’est la raison pour laquelle beaucoup d’exégètes préfèrent l’approche systématique.

Les différentes tâches

Objectif 4. Savoir décrire correctement les différentes tâches à remplir lorsqu’on étudie la Bible selon cette méthode.

Nous avons vu qu’en allant à la découverte, dans l’étude de la Bible, on cherche d’abord à découvrir la vérité biblique pour soi-même, puis l’on s’efforce de conduire les autres à agir de la même façon. Dans ce travail, on choisit une manière d’étudier la Parole de Dieu qui s’appelle étude biblique selon la méthode inductive.

Cette méthode permet d’étudier les Ecritures en observant avec soin ce que dit le texte; on cherche d’abord à comprendre ce qu’il veut dire, puis on met en pratique la vérité selon l’heure à laquelle on vit. On a donc une observation directe du passage, suivie de l’interprétation de ce qui y est écrit, et enfin l’application de la vérité ainsi révélée.

L’étude de la Bible selon la méthode inductive comprend deux tâches fondamentales qui sont les suivantes: 1) découvrir le message que Dieu destinait à ses lecteurs, à l’origine, et 2) déterminer de quelle manière appliquer correctement le message dans notre vie d’aujourd’hui. En remplissant la première tâche, vous et moi cherchons à entendre ce que Dieu voulait dire à ceux qui furent les premiers à considérer son message. La Bible a été écrite il y a des siècles; elle s’adressait à des gens particuliers, vivant dans une certaine partie du monde et pour lesquels les choses avaient un aspect particulier. Si nous voulons entendre ce qu’ils ont entendu, il est nécessaire de les connaître, eux, et de tenir compte de leur époque et de leurs conditions d’existence. Leur milieu historique, géographique, culturel et social est également important si nous voulons comprendre ce qu’ils saisissaient eux-mêmes à la lecture de la Parole de Dieu. Souvent, le message de l’Ecriture ne peut être compris correctement ou mis en pratique dans notre vie parce que de tels facteurs restent ignorés.

On peut par exemple tirer un commandement hors de son contexte et agir d’une manière étrangère à ce que Dieu désirait réellement. Pensons à cet ordre donné par Jésus à un docteur de la loi: “Va, et toi, fais de même” (Luc 10:37). Sans avoir lu ce qui précède (Luc 10:25-37), on ne peut savoir que cet homme avait demandé comment agir pour obtenir la vie éternelle. On n’a aucune idée de la réponse de Jésus qui raconte l’histoire du Bon Samaritain. Et si par hasard quelqu’un qui a l’habitude de jurer tombe sur Marc 14:71 puis sur Luc 10:37 en désirant se justifier, il aura peut-être l’impression que la Bible vient l’encourager à blasphémer. Ce n’est évidemment pas ce que Jésus voulait dire dans Luc 10:37, mais il est des gens qui tordent les Ecritures afin qu’elles servent leurs intérêts. Nous devons éviter cette manière d’agir quand nous lisons ou dispensons la Parole de vérité (2 Timothée 2: 15).

La seconde tâche consiste à appliquer la vérité de l’Ecriture à notre propre vie, selon les cironstances qui sont les nôtres, notre culture, notre situation. Nous devons reconnaître que nous ne sommes pas ceux à qui la vérité de Dieu a été révélée à l’origine. Dieu ne s’est pas adressé à nous en tout premier lieu, et ce que nous tirons de l’Ecriture doit correspondre à ce que signifiait le même passage au début. La Bible ne peut nous dire aujourd’hui ce qu’elle n’a jamais eu l’intention de dire autrefois. Il est dangereux de chercher à lui donner un sens nouveau, plus profond et plus riche, différent de la pensée originale de Dieu; une telle tentative a souvent conduit à l’hérésie.

Différentes étapes
Objectif 5. Savoir citer correctement les trois étapes à suivre lorsqu’on étudie la Bible selon la méthode inductive.

Cette méthode nous permet d’aborder un passage de l’Ecriture pour y découvrir son message et sa signification. Il existe trois étapes fondamentales qui sont les suivantes: 1) observation, 2) interprétation et 3) application.

Au stade de l’observation, il nous est demandé de lire et relire le même passage plusieurs fois en cherchant à voir, observer et remarquer ce qu’il nous dit. En observant, on se concentre sur les mots, leur disposition logique et leur usage grammatical. Une ou deux questions peuvent aider à découvrir la vérité d’un texte: Quel en est l’auteur? A qui ce message s’adresse-t-il? Que savons-nous de ces gens? A quelle époque le message a-t-il été écrit? Quelles étaient les conditions particulières et les circonstances qui l’ont occasionné? Quel est le message central du livre ou du passage qui nous intéresse? Que dit l’auteur généralement? Que cherche-t-il à dire plus particulièrement? La lecture du passage s’impose et l’on peut alors voir ce qu’il dit.

Nous passons ensuite à l’interprétation et cherchons à déterminer ce que l’auteur a voulu dire en écrivant son texte. Il avait certainement une idée ou un concept à l’esprit, et il s’est efforcé de communiquer l’un ou l’autre, sans oublier ceux qui liraient plus tard son message écrit. Les mots servent de véhicule à la pensée. Le lecteur doit donc s’efforcer de comprendre le message de l’auteur et, pour le faire, il doit l’interpréter correctement. L’interprétation consiste par conséquent à déterminer avec précision ce que l’auteur a voulu dire en écrivant.

Ces deux étapes de l’observation et de l’interprétation nous conduisent à remplir notre première tâche: découvrir le message destiné à ceux qui l’ont lu les premiers. Mais ce n’est pas tout. Dieu, dans les Ecritures, ne s’adresse pas uniquement à ceux qui en ont fait la lecture à l’origine, mais son message nous est aussi destiné. 2 Timothée 3: 16-17 nous permet de découvrir l’usage étendu de l’ensemble des Ecritures; celles-ci sont là afin que I’homme de Dieu de tous les temps puisse croître spirituellement. Le but de l’étude de la Bible est donc d’apprendre les principes généraux que Dieu nous a révélés et de les mettre en pratique selon nos circonstances particulières.

Nous découvrons ce que Dieu nous dit dans sa Parole en appliquant la vérité à notre vie et à nos besoins. Dans cette mise en pratique de l’Ecriture, veillons à chercher des commandements directs où sont cités les principes spirituels généraux auxquels tous les chrétiens doivent se soumettre. Efforçons-nous aussi de trouver les promesses faites par Dieu et les conditions auxquelles elles sont soumises. Voyons encore quels exemples, positifs ou négatifs, s’offrent à nous et peuvent nous guider. Il arrive que les exigences de Dieu soient clairement énoncées; ailleurs, elles prennent la forme de principes qui doivent être examinés en relation avec nos circonstances. Certains passages de la Bible montrent le caractère coupable de nos attitudes ou de notre comportement. Demandons-nous comment les appliquer à notre vie. S’ils révèlent des fautes, une conduite indigne, débarrassons-nous rapidement de ce qui s’est ainsi glissé en nous. Voyons en outre s’il y aurait des choses que nous devrions faire et que nous avons jusqu’ici négligées. Mettre en pratique la vérité biblique dans notre vie signifie que nous la considérons à la lumière de notre situation actuelle.

PREVOIR DES MOMENTS EDUCATIFS

Objectif 6. Savoir expliquer correctement comment on peut prévoir des occasions particulièrement éducatives pour ceux que nous cherchons à aider.

Pour aider les autres à découvrir la vérité biblique en étudiant la Parole de Dieu selon la méthode inductive, il est nécessaire de prévoir des leçons, des moments éducatifs qui leur permettent de se pencher sur un texte et de découvrir pour eux-mêmes la vérité. Le tableau suivant vous montre quelles sont les trois étapes essentielles à observer:

Les objectifs découlent des intérêts et des besoins de ceux qui cherchent à s’instruire, et du contenu du matérial étudié. En les déterminant, vous devez d’abord savoir quel est le changement auquel vous aspirez chez vos auditeurs. En vous basant sur les besoins de ces derniers et ce que vous êtes en train d’étudier avec eux, à quel changement désirez-vous aboutir? Selon vos objectifs, vos auditeurs doivent devenir capables d’accomplir ce qu’ils ne pouvaient faire auparavant. Et ces changements doivent se manifester dans chacun des domaines mentionnés à la leçon 4: connaissance, attitude et comportement.

Dans ce cours, nous avons établi des objectifs au début de chaque leçon. Etudiez-les avec soin, car ils pourront vous servir d’exemples quand vous tenterez de choisir les vôtres.

Après avoir déterminé le genre de transformation auquel vos “élèves” doivent aboutir, il devient possible de choisir le genre d’activités qui le favoriseront. Votre tâche consiste à emmener l’auditeur de la place qu’il occupe actuellement à celle que vos objectifs ont déterminée. Vous choisissez dans ce but la méthode pédagogique la meilleure, les exercices qui conviennent, et vous vous efforcez de déterminer le temps nécessaire au changement souhaité. Les activités devraient conduire l’étudiant à tenir compte intelligemment du matériel sur lequel il est penché. Elles devraient lui montrer comment appliquer la vérité à sa propre vie.

Le but de tout enseignement étant de voir les élèves s’instruire, il est nécessaire de prévoir, lorsqu’on crée des activités, ce que fera non celui qui enseigne, mais l’élève. C’est là l’un des points essentiels à ne pas oublier; l’élève doit entrer personnellement dans ce qui lui est appris et y répondre. Nous devons par conséquent prévoir ce qu’il fera du matériel étudié.

L’étape finale consiste à évaluer les progrès de celui qui est enseigné. On cherche à voir où il en est par rapport à ce qui lui a été proposé, c’est-à-dire ce que l’on s’est fixé dans les objectifs de la leçon. Les objectifs deviennent le critère sur lequel on s’appuie pour savoir si l’élève a abouti au changement désiré et voir aussi dans quelle mesure une transformation s’est opérée.

On peut évaluer cette transformation de plusieurs manières, la première étant un simple test. Les questions de ce dernier seront soit objectives, ce qui conduira simplement à des réponses justes ou fausses, soit subjectives, l’élève étant invité à exprimer ce qu’il pense en ses propres termes. Dans la première section, on a les questions intitulées “vrai ou faux”, le choix multiple et l’harmonisation; les essais et courtes réponses sont du type subjectif.

Vous pouvez également déterminer si un changement s’est produit chez votre élève en observant le comportement de ce dernier. Pour cela, il est nécessaire de voir s’il met en pratique, dans la vie quotidienne, les données qu’il a apprises.

Il est enfin possible de déterminer les progrès de la personne en ayant un entretien avec elle. En parlant avec elle, vous discernez très vite si une croissance et un changement se sont produits. Si la chose est un peu subjective, elle n’en est pas moins le moyen valide pour qui cherche à déterminer les progrès de quelqu’un.

Prochaine leçon