Article

Contribuer à la croissance des Chrétiens

L’éducation chrétienne est l’un des aspects importants du travail de l’Église. Elle nous aide à croître et à mûrir dans la foi. Elle contribuera en outre à vous former et à vous équiper afin que vous puissiez saisir toute occasion d’en instruire d’autres en vue de leur maturité chrétienne les rendant aussi conscients de la nécessité de recevoir un enseignement plus approfondi. L’interdépendance des croyants dans la communauté chrétienne est soulignée. Les nouveaux convertis ont besoin d’enseigner et de nourrir d’autres afin de grandir dans leurs propres vies.

Leçon 1 : Bien vivant et en pleine croissance

BIEN VIVANT ET EN PLEINE CROISSANCE

Juan et Maria sont séduits par leur tout jeune bébé. La naissance de l’enfant a été pour leur foyer un sujet de joie, et les mots ne suffisent pas pour décrire l’émotion que leur procure la petite vie qui partage désormais la leur. Tous deux sont cependant conscients des responsabilités qui leur incombent. La survie de l’enfant dépend d’eux, des soins qu’ils accorderont au bébé et de ce qu’ils prépareront en vue de ses besoins.

Le petit se développe si vite! Maria a l’impression de le voir grandir. Son poids augmente de jour en jour; il grossit et s’épanouit dans une atmosphère saine, et grâce aux soins remplis d’amour dont il est l’objet.

TIest normal de penser qu’au cours des mois et des années, le garçon continuera à croître et à grandir. On peut facilement le regarder aujourd’hui et imaginer ce qu’il sera dans trois ou quatre ans. Le bébé est bien vivant et en pleine croissance!

De la même manière, il est normal de s’attendre, dans la vie chrétienne, à une croissance conduisant à la maturité spirituelle. Cette leçon vous permettra de découvrir que toute nouvelle vie spirituelle doit être nourrie en vue de son développement; vous y apprendrez également ce dont on a besoin pour favoriser son épanouissement.

NATURE DE LA CROISSANCE SPIRITUELLE

Objectif 1. Reconnaître ce qui est normal, d’après la Bible, lorsqu’on parle de vie spirituelle, et savoir décrire à quelle qualité de vie le nouveau converti peut goûter, selon le désir du Seigneur à son égard.

Le jour où vous avez entendu la Bonne Nouvelle, où la vie chrétienne vous a été présentée et où vous y avez cru, vous étes entré dans une nouvelle existence passionnante. Cette expérience est ce qu’on appelle la nouvelle naissance ou naissance spirituelle. Quiconque partage cette vie nouvelle en Christ commence par naître spirituellement. Contrairement à la vie biologique, limitée dans le temps par le cycle d’une existence normale, le germe de vie spirituelle est éternel. Chez I’homme, ce germe de vie spirituelle peut être comparé au stade de la petite enfance: il est sujet à une croissance, à un développement qui aboutit à la maturité.

Jésus parle expressément des possibilités propres à ce germe de vie: “Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance” (Jean 10:10). Vous vous êtes approché de lui avec votre vie pleine de péché, source de séparation entre lui et vous. Christ vous a donné une vie nouvelle, la sienne, et il désire maintenant que vous en jouissiez abondamment, et que vous goûtiez à toute sa plénitude.

Lorsque nous parlons d’une vie dans sa plénitude, nous évoquons une qualité de vie dont chacun peut jouir. La vie physique, nous le savons tous, peut être maintenue pendant un certain temps au niveau d’une simple existence; dans ces conditions-là, on ne peut être actif, on ne peut produire de manière significative ni même jouir de quoi que ce soit. C’est là une vie à son niveau le plus bas. Par contre, celui qui mange bien, qui vit dans un environnement sain offrant pleine sécurité et qui a soin d’exercer son corps comme il convient, développe un abondant réservoir d’énergie. Il se sent merveilleusement en forme. Il est actif, vigoureux, capable de s’attaquer joyeusement à sa tâche. Il grandit, se développe et mûrit normalement. Il est florissant! Dans ces conditions, il répond au but pour lequel il a été formé. Il fait l’expérience de la vie dans sa plénitude.

Au moment de votre naissance spirituelle, l’Esprit de Jésus-Christ est venu vivre en vous. Cette naissance a produit la possibilité d’un développement spirituel-développement à l’image de Jésus-Christ (Colossiens 1:27). Maintenant que l’Esprit de Jésus demeure en vous, il assume la direction de votre vie dont Jésus est désormais le Seigneur. Et c’est lui qui vient vivre la sienne au travers de vous, pour autant que vous vous soumettiez à sa souveraineté (Romains 8:9-11).

Pensez un instant à un enfant nouveau-né. Qui peut dire ce que l’avenir a en réserve pour lui? Ce bébé représente toutes sortes de possibilités et d’aptitudes qui ne demandent qu’à se développer. Si des soins attentifs lui sont prodigués, s’il reçoit une bonne nourriture et croît dans un environnement sain, s’il est encouragé comme il convient et si de multiples portes s’ouvrent devant lui, cet enfant deviendra une personne à part entière jouissant d’une réelle maturité. Il possède en lui, à l’état latent, tout ce qu’il deviendra jamais; un développement s’impose cependant.

Nous pouvons transférer cette idée de l’enfant nouveau-né à la croissance et au développement vers la maturité spirituelle. Notre Seigneur désire que chacun d’entre nous jouisse pleinement de sa vie. Comment faire l’expérience de la plénitude, dans la vie spirituelle? Nous l’avons déjà dit plus haut: vous êtes entré dans votre nouvelle existence le jour où vous avez passé par la nouvelle naissance, et vos débuts ont été ceux d’un nourrisson spirituel, d’un bébé en Christ. Dans tous les domaines, vous étiez enfant de Dieu à part entière et pourtant vous n’étiez pas encore développé. Pour entrer dans la plénitude de la vie spirituelle, il faut que se produisent une croissance et un développement.

En général, celui qui se soumet à l’autorité de l’Esprit dans sa vie se met à croître spirituellement. Sous la direction de l’Esprit, il se trouve dans un environnement favorable, mais il a besoin de nourriture spirituelle. En se développant, il prend conscience de ses privilèges et aussi de ses responsabilités. Sa compréhension de la vie spirituelle s’épanouit tandis qu’il apprend à mieux connaître la Parole de Dieu. Le dessein de Dieu pour sa vie devient de plus en plus clair alors qu’il avance sous le contrôle de l’Esprit (Galates 5:25). Le germe de vie spirituelle, semblable à sa contrepartie physique, doit être nourri, entretenu, exercé en vue d’un développement optimum qui conduira à une maturité productrice, ainsi que nous le verrons plus loin.

CONTRIBUER A LA CROISSANCE DES CHRETIENS
Nécessité d’une croissance spirituelle

Objectif 2. Savoir expliquer correctement la nécessité d’une croissance spirituelle telle que le texte nous la présente.

Pouvez-vous imaginer un bébé incapable de grossir? Et que dire d’un enfant d’une dizaine d’années qui en est encore à l’état de nourrisson? Vous reconnaissez immédiatement qu’il y a là quelque chose d’anormal. Il vous est possible de réagir ainsi parce que chacun sait que la croissance et le développement sont deux choses essentielles dans la vie. Tout ce qui vit normalement croît et progresse vers la maturité.

Jésus a lui-même enseigné le principe de la croissance spirituelle à ses disciples. Il compare la vie spirituelle à un cep et à ses sarments, disant qu’aucun sarment ne peut de lui-même donner du fruit sans être en contact vital avec le cep. C’est alors qu’il devient capable de produire de plus en plus, tout en se développant et en mûrissant. De la même façon, aucun chrétien ne peut mûrir et se montrer productif sur le plan spirituel s’il ne reste pas en contact avec le vrai Cep, Jésus-Christ (Jean 15: 1-16, mais soulignez en particulier les versets 4,5,8 et 16). La seule alternative, en parlant de croissance et de développement spirituels, est un déclin spirituel suivi de dégénérescence et enfin de mort spirituelle (Jean 15:2, 6).

L’enfant, nous le savons, ne se trouve pas à l’état d’adulte du jour au lendemain. Le développement conduisant à la maturité exige une croissance qui prend beaucoup de temps. La vie spirituelle se développe selon le même principe. Tant que l’on est à l’état de nourrisson, on peut s’attendre à une croissance et à un développement. Et, semblable au bébé qui devient finalement un adulte, le bébé en Christ doit atteindre une maturité spirituelle. Nous nous attendons à une telle croissance sachant que la personne est en vie sur le plan spirituel. Et, répétons-le, ce qui vit normalement croît, se développe, mûrit, à condition d’être nourri comme il convient et d’être éduqué dans un cadre où l’Esprit a la place dominante. Alors, et alors seulement, la personne peut répondre au dessein spirituel de Dieu. Elle devient capable de produire des fruits éternels, selon le désir du Père (Jean 15: 16), et l’oeuvre de Dieu sur la terre s’accomplit.

SOINS ET CROISSANCE SPIRITUELLE

Objectif 3. Expliquer correctement pourquoi la vie spirituelle doit être nourrie, entretenue.

Toute mère sait qu’elle doit nourrir son bébé si elle veut le voir survivre et grossir. Un enfant nouveau-né est sans défense; il dépend des autres pour tout ce dont il a besoin et pour que son existence soit assurée. C’est la raison pour laquelle les mères veillent tendrement sur leurs tout petits en leur procurant soins et nourriture nécessaires. Sans des soins attentifs, ils mourraient très rapidement. Répétons-le: les enfants nouveau-nés sont incapables de quoi que ce soit et il faut veiller sur eux.

De la même manière, la vie spirituelle a besoin d’être entretenue. Lorsque nous aidons quelqu’un à entrer dans l’expérience de la nouvelle naissance, nos responsabilités envers la personne ne font que commencer. Après la nouvelle naissance, la vie spirituelle doit être nourrie, entretenue afin que la survie du jeune chrétien soit assurée et qu’il puisse avancer vers la maturité. Si les “bébés” spirituels sont des enfants de Dieu à part entière, le développement de leurs capacités ne fait que commencer, car ils ne sont pas encore entrés dans la plénitude de leur expérience spirituelle, selon ce que le Seigneur a prévu pour eux. Au cours des premières étapes de leur croissance, le soutien de frères et soeurs attentifs et capables de les encourager leur est nécessaire. Grâce à ce soutien et à une nourriture spirituelle appropriée, ils croissent à la stature d’homme fait. L’entretien de la vie spirituelle est donc essentiel pour assurer la survie des nouveaux convertis et leur permettre d’atteindre la maturité chrétienne.

Si la vie nouvelle est entourée de soins diligents, on peut s’attendre à une croissance qui aboutira à la maturité; ceci se vérifie aussi bien avec une semence végétale que chez les animaux, les enfants ou les nouveaux convertis. Le ministère qui consiste à veiller sur les autres produit des conditions favorables dans lesquelles toute vie spirituelle à ses débuts peut croître et mûrir.

Vous vous souvenez certainement des paroles que Jésus adressa à Pierre au sujet du ministère. Lorsqu’on a pour tâche de veiller sur la vie spirituelle des autres, on s’occupe de chrétiens à tous les stades de la maturité: du jeune agneau aux brebis plus mûres (voir Jean 21: 15-17). Pierre a évidemment compris les besoins et accepté le défi en se tournant vers le troupeau tout entier puisque, plus tard, il mentionne à la fois les enfants nouveau-nés (1 Pierre 2:2) et le reste du troupeau (\ Pierre 5: 1-4). Mieux encore, il fait appel à d’autres ouvriers chrétiens en leur demandant de veiller de la même manière sur la vie spirituelle de leurs frères, sachant que cette vie doit être entretenue pour subsister et parvenir à sa plénitude.

BIEN VIVANT ET EN PLEINE CROISSANCE ELEMENTS DE LA CROISSANCE SPIRITUELLE

Objectif 4. Reconnaître les éléments de la croissance spirituelle qui conduisent à la maturité.

Nous avons examiné l’importance de tout ce qui contribue au maintien de la vie: la nourriture, un environnement favorable, les soins prodigués durant la petite enfance, l’exercice et une éducation remplie d’amour. La vie spirituelle, de la même façon, croît et mûrit normalement quand les éléments favorables à son développement lui sont offerts. Elle s’épanouit au contact de la Parole de Dieu ou lorsqu’elle est l’objet de relations chrétiennes saines; l’exercice (la prière, l’exercice des dons spirituels, l’application de la connaissance de la Parole à sa propre vie) lui sert de stimulant, et elle abonde dès qu’elle est partagée avec d’autres. A vrai dire, le développement conduisant à sa maturité est le résultat normal auquel on peut s’attendre; c’est aussi l’accomplissement d’un ordre précis du Seigneur. Ainsi, lorsque le chrétien mûrit spirituellement, le cycle d’une vie normale est complété: naissance, croissance, développement, maturité et reproduction. La personne répond alors au but pour lequel elle est venue à l’existence, ce qui contribue à la gloire de Dieu. On ne peut d’ailleurs offrir d’autre réponse après avoir reçu le salut et la vie éternelle. Avant de voir en détails quels sont les éléments de la croissance spirituelle et d’examiner quel est leur rôle dans le développement qui conduit à la maturité, voyons d’abord quels sont les divers niveaux de cette croissance.

Stades de la croissance spirituelle
Objectif 5. Reconnaître les divers stades de la croissance spirituelle et les caractéristiques qui la décrivent.

Nous sommes conscients de la nécessité essentielle d’une alimentation nutritive lorsqu’une croissance doit être assurée. Un bébé commence à se nourrir sitôt après sa naissance, ce qui est absolument indispensable à sa survie et à ses progrès. Nous reconnaissons également que le développement passe par des stades différents avant d’aboutir à la maturité. L’une des caractéristiques de ces différentes étapes est l’aptitude à recevoir et à digérer plusieurs types d’aliments. Les nourrissons ne peuvent assimiler que le lait, seule chose dont ils aient besoin pour se développer. Ils réclament bientôt des repas plus substantiels: des céréales, des bouillies, des légumes coupés très fins et des fruits. Plus tard encore, l’enfant doit recevoir un régime tout à fait équilibré comprenant de la viande. Deux faits fondamentaux émergent de ces observations: 1) la nourriture est essentielle à une croissance et à un développement normaux et 2) elle doit être adaptée à chaque étape du développement.

Une telle illustration s’adapte à nouveau magnifiquement à la vie spirituelle. Celle-ci exige une nourriture, spirituelle elle aussi, destinée à en assurer la croissance. La nourriture doit cependant, ainsi que nous l’avons dit plus haut, être adaptée aux divers niveaux du développement spirituel.

La Bible, Parole de Dieu, est comparée à une nourriture spirituelle. Pour ceux qui sont jeunes dans la foi, elle est semblable à du lait, et pour ceux qui sont plus mûrs, sur le plan spirituel toujours, elle est l’image d’une nourriture solide.

Maintenant que nous avons examiné la nécessité d’une nourriture appropriée au niveau du développement spirituel, voyons quelles sont les trois étapes de l’existence humaine dont il est question dans 1 Corinthiens 2:10-3:3. Nous avons: 1) l’homme naturel, 2) l’homme charnel et 3) l’homme spirituel. Dans ces quelques versets, l’apôtre Paul décrit les caractéristiques de chaque catégorie. Et cette description nous permet de déterminer ce qui est indispensable à la croissance spirituelle conduisant à une pleine maturité.

Le premier homme dont nous parlerons ici est celui qui n’a pas l’Esprit ou que le verset 14 appelle l’homme naturel. Il n’a pas passé par une naissance spirituelle et, par conséquent, il est mort spirituellement (2: 14). Il est au plus bas niveau de l’existence humaine. Le second est décrit comme un homme charnel (3:3). na fait l’expérience de la nouvelle naissance et il est,par conséquent, envie sur le plan spirituel; ses progrès se sont limités au stade de la petite enfance. Au troisième niveau, nous trouvons l’homme spirituel (2: 12, 13, 15). Dans son développement, il a atteint la stature d’homme fait, et il est capable d’agir comme un adulte.

Trois passages de l’Ecriture montrent que l’aptitude à recevoir et à comprendre les vérités spirituelles constitue une différence majeure parmi ces différents types. En fait, celui qui parvient à comprendre la Parole de Dieu démontre à quel niveau de maturité spirituelle il est arrivé. Comme vous pouvez le supposer, l’homme naturel, privé de l’Esprit, ne peut saisir ou apprécier les aliments spirituels, car ses intérêts sont tournés vers d’autres directions. Paradoxalement, l’homme chamel est un bébé sur le plan spirituel. On ne peut lui donner que du lait. Il est tout juste capable de comprendre les vérités spirituelles élémentaires. Ce qui l’intéresse, c’est un sentiment de bien-être; il aime à jouir des bénédictions du Seigneur. Il ne peut cependant porter une attention soutenue aux responsabilités d’adulte auxquelles il est confronté. Il ne se sent nullement obligé de croître dans ce domaine et de développer ses muscles spirituels. Les affaires sérieuses, il peut les repousser à plus tard, lorsqu’il sera prêt à se montrer plus réfléchi. L’homme spirituel, étant consacré à son Seigneur, mûrit dans ses relations avec Dieu. Les vérités doctrinales plus profondes, c’est-à-dire la viande ou nourriture solide de la Parole de Dieu, le satisfont pleinement. Mieux encore, il les partage avec d’autres, encourage ceux qui n’ont pas atteint la même maturité, se montre capable d’enseigner et d’offrir un service fructueux au sein du corps de Christ.

Les enseignements de Paul touchant à ces divers niveaux de spiritualité nous montrent que la Parole de Dieu est la nourriture spirituelle capable de favoriser la croissance du chrétien. La manière dont on répond à la Parole de Dieu vient alors déterminer deux solutions possibles: ou bien nous progresserons vers une période à la fois saine et fructueuse conduisant à la maturité ou, au contraire, nous en resterons au stade de la petite enfance spirituelle, avec tous les signes inhérents à une prolongation aussi dangereuse.

Nourrir par la Parole

Objectif 6. Savoir expliquer correctement pourquoi la Bible vient nourrir, entretenir la croissance spirituelle.

En examinant les différents stades du développement spirituel, nous avons remarqué que la Parole de Dieu est la nourriture spirituelle capable de favoriser la croissance du chrétien. Le développement de la personne est lié directement à la façon dont elle réagit face à la Parole de Dieu. Voyons d’un peu plus près de quelle manière la Bible sert à entretenir cette croissance.

Si le monde physique parle avec force de notre Créateur, cette révélation reste générale et incomplète. Dans les Ecritures, Dieu se révèle cependant avec plus de clarté. L’univers nous présente peut-être des qualités comme sa puissance et sa sagesse, mais la Bible, elle, nous révèle sa sainteté, sajustice, sa vérité, sa miséricorde, son amour, pour ne citer qu’eux. Les Ecritures nous parlent également de la nature de Dieu, de son plan et de sa volonté pour I’homme. Dans cette révélation, Dieu nous montre qui il est.

C’est dans la Parole de Dieu que nous découvrons le plan du Seigneur pour notre vie. Nous y apprenons comment servir Dieu d’une manière agréable, comment corriger les erreurs qui viennent entraver le développement de nos relations avec lui; la Bible nous apprend encore la nature de la vie spirituelle, ce qui conduit à la victoire spirituelle, et enfin quels sont les objectifs de la vie chrétienne. En bref, elle est le schéma directeur de la vie spirituelle selon Dieu.

Les Ecritures favorisent la croissance spirituelle car, étant animées par Dieu, elles sont porteuses de vie. Et si cette dernière y est cachée, elle demeure également dans le chrétien. La vie de Dieu, dans la Parole, est source de cette existence nouvelle que nous donne le Seigneur. Et cette vie nouvelle en nous répond aux aliments spirituels offerts par la Parole. Nous avons là un régime consistant, mais les chrétiens doivent permettre à la Parole de transformer en eux ce que Dieu a l’intention de changer. En désirant ce qu’il désire, ils croissent et se transforment à l’image de Christ (2 Corinthiens 3: 18).

Les relations favorisent la croissance
Objectif 7. Expliquer comment les relations favorisent la croissance spirituelle.

Les bébés, en venant au monde, entrent au sein d’une famille à laquelle ils appartiendront désormais. Chacun fait place dans sa vie pour ce nouveau membre qui est accepté et reçu. L’unité familiale est le cadre dans lequel les besoins du nouveau-né sont satisfaits. Les autres membres offrent tous de leur personne pour lui donner ce qu’il lui faut et contribuer à veiller sur lui. Au travers de tout le développement de l’enfant, la famille est là pour apporter ses soins, offrir le cadre dans lequel il va s’épanouir. L’expérience familiale est celle du partage d’une existence mutuelle; on s’entoure, s’édifie les uns les autres en répondant aux besoins de chacun. La force de telles relations est un facteur important dans l’épanouissement de la nouvelle vie.

Dans la vie spirituelle, l’association avec d’autres chrétiens contribue à favoriser la croissance. Les relations permettant de s’intéresser aux autres, de partager mutuellement avec des frères et soeurs, servent à stimuler la croissance spirituelle.

TI est souvent utile de voir un nouveau converti s’identifier étroitement à un frère plus mûr sur le plan spirituel. Dans un sens, le second peut jouer le rôle de père spirituel capable d’offrir des soins attentifs dans une relation où la vie spirituelle s’enrichit. TIpeut aider son ami encore jeune dans la foi à étudier la Parole de Dieu, à l’appliquer à sa propre situation; il peut l’influencer en lui donnant un bon exemple devant Dieu et en lui offrant les encouragements, les conseils dont il a besoin, et en priant pour lui ou avec lui.

Dieu a aussi prévu que l’église locale devienne l’endroit où la vie spirituelle peut s’épanouir. De nombreux chrétiens considèrent leur église comme la famille de Dieu. Ainsi, lorsqu’on aide un nouveau converti à s’identifier à l’église locale, on peut dire que l’on aide un enfant nouveau-né à s’établir vraiment dans sa famille. Les assemblées locales, comme nous l’avons vu, sont organisées par des conducteurs spirituels choisis par Dieu: par des pasteurs, des diacres, des hommes capables d’enseigner qui, tous, entraînent les chrétiens vers la maturité spirituelle (Ephésiens 4: 11-16). Les activités de l’église telles que l’étude de la Parole de Dieu, le culte en commun, une évangélisation active, un service fructueux, l’éducation, la communion fraternelle et la discipline sont toutes destinées à répondre à un but bien précis: nourrir la vie spirituelle et favoriser la croissance, dans le même domaine toujours.

Affermir par l’usage

Objectif 8. Savoir faire la distinction entre les activités capables de favoriser une croissance spirituelle et celles qui ne le sont pas.

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé pourquoi il est nécessaire de posséder un corps sain, capable de produire quelque chose? Quelle est sa fonction? Devrait-on s’en servir ou considérer simplement ses possibilités au niveau de la production? Devrait-on avoir pour objectif de se plaire à soi-même ou chacun a-t-il une responsabilité à l’égard des autres? Le corps, s’il n’est pas exercé, verra-t-il ses aptitudes diminuer? Sera-t-il incapable de fonctionner convenablement? Ces mêmes questions, et d’autres encore, nous viennent à l’esprit lorsque nous considérons la vie spirituelle.

Comme nous l’avons vu, Jésus engageait ses disciples à porter du fruit. Et son exhortation comporte non seulement une santé spirituelle, mais encore la vie spirituelle (Jean 15: 1-8). Le fait est que l’on doit porter du fruit si l’on ne veut pas subir des pertes, sur le plan spirituel toujours. Le but de la croissance chrétienne devient alors une vie de service fécond. Et si les chrétiens sont encouragés à croître et à se développer (2 Timothée 2: 15; 2 Pierre 3: 18), il leur est aussi demandé de partager la vérité avec d’autres afin que le monde puisse connaître la grâce rédemptrice de Dieu (Matthieu 28: 19-20; Marc 16: 15; Actes 1:8). Alors que l’auteur de l’épître aux Hébreux nous laisse entendre que les chrétiens mûrs devraient être capables d’enseigner la vérité et d’exercer un discernement spirituel (Hébreux 5: 12), Paul, lui, affirme explicitement que les divers nùnistères dans l’église existent “pour le perfectionnement des saints. Cela en vue de l’oeuvre du service et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ” (Ephésiens 4: 12-13).

Les chrétiens, dès qu’ils se mettent à percevoir leurs responsabilités d’ambassadeurs de Christ, se mettent à partager la Bonne Nouvelle avec d’autres. Tout organisme vivant et sain sur le plan spirituel est normalement capable de se reproduire. Les chrétiens comprennent que le processus de la croissance et de la maturité n’est pas une fin en soi. Leur vie sert à exalter l’Auteur de la vie; ils partagent aussi la vie de Dieu avec ceux qui n’ont pas appris que, par sa puissance, il peut transformer la leur. Le chrétien à l’état d’homme fait répond dès lors au but pour lequel il est né. Bien vivant, en pleine croissance, il avance vers un but précis qui consiste à faire la volonté de Dieu en édifiant le corps de Christ, sur le plan spirituel et numérique tout à la fois.

Se montrer très actif dans l’église en faisant des appels d’argent, en organisant des ventes, des fêtes à l’intention des membres, en organisant des groupes de discussion où l’on étudiera des livres populaires ou des questions sociales invitant à l’action et cherchant à établir un pont entre l’église et le monde par des moyens autres que spirituels.

Enrichir la vie spirituelle en enseignant aux nouveaux convertis les vérités qu’ils doivent connaître s’ils veulent survivre spirituellement et croître vers une vie de plénitude.

Prochaine leçon